kashrina&apawa Index du Forum
kashrina&apawa
Suis ton instinct et découvres les places sacrées dans l'Univers ! Préserves ta confiance dans la vie et dans l’amour et puis, tu vivras heureuse et très longtemps ! Apawa
 
kashrina&apawa Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Qui a etre president Obama ou McCain ::

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    kashrina&apawa Index du Forum -> kashrina&apawa -> kashrina&apawa
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:22 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant

De :
pantherekashrina
  (Message d'origine)
Envoyé : 27/09/2008 07:23
la france elle penche pour obamaPrésidentielle américaine: Obama et McCain s'affrontent lors de leur premier débat








© 2008 AFP (Emmanuel Dunand)
John McCain (g) et Barack Obama après leur premier débat de la présidentielle, le 26 septembre 2008 à Oxford (Mississippi)


Les deux candidats à la Maison Blanche, Barack Obama et John McCain, se sont affronté, parfois durement, sur l'économie, le social et la sécurité nationale, sans qu'aucun des deux ne sorte clairement vainqueur du premier débat télévisé vendredi.
Les deux hommes se sont serré la main en montant sur le plateau de l'université de Mississippi (sud), avant de prendre place chacun derrière un pupitre de bois roux, séparés d'environ 1,50 mètre.
D'abord interrogé sur la crise du système financier, M. Obama a saisi l'occasion pour associer son adversaire républicain au bilan de l'impopulaire président George W. Bush.
"Nous devons reconnaître que cette crise est le point final de huit ans d'une politique économique erronée conduite par George W. Bush et soutenue par le sénateur McCain", a dit le sénateur de l'Illinois. Un peu plus tard, il a rappelé qu'au Sénat, M. McCain avait voté "90% du temps" les projets de M. Bush.
"Je me suis opposé au président Bush sur les dépenses, le changement climatique, la torture de prisonniers, Guantanamo, la façon dont a été menée la guerre en Irak... J'ai un long bilan et les Américains le connaissent bien. Je suis un franc-tireur", s'est défendu M. McCain.

© 2008 AFP (Paul J. Richards)
Barack Obama, le 26 septembre 2008 à Oxford (Mississippi), lors du premier débat de la présidentielle contre John McCain


"Le sénateur Obama a le record des votes les plus à gauche" au Congrès, a-t-il ajouté, tentant de faire apparaître son adversaire comme isolé sur l'échiquier politique.
Les deux candidats se sont affrontés pendant 90 minutes, dans un décor aux couleurs américaines, regardés par plusieurs dizaines de millions de téléspectateurs.
Les divergences les plus manifestes sont apparues quand le débat a abordé les questions internationales.
Le sénateur de l'Arizona a accusé son rival "d'avoir voté une chose incroyable: couper les fonds aux soldats en Irak et en Afghanistan".
"Nous gagnons en Irak", a affirmé M. McCain. "Le sénateur McCain a absolument raison, la violence a diminué en Irak", a concédé M. Obama en portant ce crédit à "la performance brillante" des soldats américains.
Mais, s'est-il empressé d'ajouter, "John, c'est comme si vous prétendiez que la guerre a commencé en 2007... vous avez eu tort". "La guerre en Irak n'était pas justifiée", a dit M. Obama.


"Je crains que le sénateur Obama ne comprenne pas la différence entre la tactique et la stratégie", a répondu l'ancien prisonnier de guerre. M. McCain qui s'adressait le plus souvent à M. Obama en parlant de lui à la troisième personne ne pouvait s'empêcher de sourire quand s'exprimait son adversaire, de 25 ans son cadet.

© 2008 AFP (Jim Bourg)
John McCain (g) et Barack Obama le 26 septembre 2008 à Oxford (Mississippi) lors du premier débat de la présidentielle américaine


L'Iran et la Russie ont constitué les deux autres principaux points de divergence.
M. Obama a plaidé pour une "diplomatie ferme et directe" avec l'Iran. Il a indiqué qu'il était d'accord avec John McCain pour dire que les Etats-Unis ne pouvaient tolérer un Iran doté de l'arme nucléaire et il a appelé à des sanctions plus dures contre Téhéran.
Mais il a également affirmé qu'il "se réservait le droit (en tant que président) de rencontrer les personnes de son choix à un moment et un endroit de (son) choix". "Si je pense que cela peut contribuer à la sécurité des Etats-Unis", a-t-il ajouté.
John McCain a raillé la "naïveté" de M. Obama, affirmant qu'être prêt à rencontrer le président d'un Etat comme l'Iran, c'était donner une légitimité à ses propos. Il a notamment rappelé que Mahmoud Ahmadinejad avait promis à plusieurs reprises "de rayer Israël de la carte".
Le candidat républicain a accusé M. Obama d'avoir eu une première réaction timide à l'intervention russe en Géorgie le mois dernier.
La résurgence d'une Russie "agressive" constitue une menace pour la paix, a estimé le candidat démocrate.
"Je pense que compte tenu de ce qui s'est passé au cours des dernières semaines et des derniers mois, l'ensemble de notre attitude vis-à-vis de la Russie doit être réévalué", a déclaré M. Obama.

© 2008 AFP (Paul J. Richards)
John McCain le 26 septembre 2008 à Oxford (Mississippi) lors du premier débat de la présidentielle américaine contre Barack Obama


Sans surprise, les camps démocrate et républicain ont revendiqué la victoire de leur candidat à l'issue du débat. "Le sénateur McCain n'avait rien à offrir sinon la même politique erronée de (George W.) Bush", a estimé David Plouffe, directeur de la campagne de M. Obama.
"John McCain a gagné ce débat et contrôlé le dialogue que ce soit sur l'économie, les impôts, les dépenses, l'Irak ou l'Iran", a jugé de son côté la directrice de la communication du sénateur de l'Arizona, Jill Hazelbaker.
Selon un sondage de CNN réalisé immédiatement après le débat, 51% des sondés pensent qu'Obama a été le meilleur, 38% pensent que c'est McCain. Les 524 personnes interrogées se déclaraient à 30% indécises, à 41% proches des démocrates et à 27% proches des républicains.
Chez les électeurs indécis, Barack Obama est sorti vainqueur pour 39% des sondés, tandis que 25% pensent que McCain est le gagnant, selon un sondage CBS sur 500 indécis. 46% de ces électeurs disent avoir une meilleure opinion d'Obama après le débat, 66% d'entre eux pensent qu'il prendrait les bonnes décisions pour l'économie.
Deux autres débats entre MM. Obama et McCain sont prévus les 7 et 15 octobre. Les candidats à la vice-présidence, Joe Biden et Sarah Palin seront quant à eux face à face le 2 octobre à l'occasion de leur unique débat télévisé. Il restait vendredi 39 jours avant l'élection présidentielle du 4 novembre.




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:22 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:24 (2008)    Sujet du message: Personnalité Répondre en citant



 
Obama Barack
Site officiel :
http://www.barackobama.com/
Description :
Barack Hussein Obama Jr. est un homme politique américain.
Barack Obama est né le 4 août 1961 à Honolulu à Hawaii.
Obama est le candidat démocrate à la présidentielle américaine de 2008 face à John McCain.
Barack Obama est sénateur de l'Illinois au Sénat des États-Unis depuis 2005.


Elections américaines
Le duel Obama/Mccain Qui sera président le 4 novembre?
www.contre-feux.com

Elections Américaines
L'Express : Dossier Barack Obama Portrait du candidat démocrate
www.lexpress.fr

Barack Obama

Candidat démocrate

Etat Civil : Barack Hussein Obama Jr.

Âge : 47 ans

Lieu de naissance : Né le 4 août 1961, à Honolulu (Hawaii), Etats-Unis. Son père était originaire du Kenya et sa mère du Kansas. Ils ont divorcé quand Barack Obama était enfant. Ils sont tous les deux décédés.

Situation familiale : Marié à Michelle Robinson, juriste renommée. Ils ont deux filles, Malia Ann, né en 1998, et Natasha, née en 2001.

Profession : Avocat. Ex-animateur social à Chicago
Sénateur de l'Illinois depuis 2005.

Signe particulier : Premier candidat non blanc à la présidentielle américaine. Il incarne le rêve américain après s’être hissé en haut de l’échelle sociale.

Atout majeur : Incarne le changement. Maîtrise parfaitement l’art du discours.

Faiblesse : Son manque d'expérience.

Colistier : Joe Biden, 65 ans, sénateur du Delaware, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat

Il a dit :

  • Irak : « Je ne suis pas opposé à toutes les guerres, je suis opposé aux guerres stupides »
  • Avortement : « Nous pouvons réduire le nombre de grossesses non désirées dans ce pays »
  • Immigration : « L'immigration provoque des débats passionnés, mais je ne connais personne qui profite lorsqu'une mère est séparée de son bébé ou quand un employeur réduit les salaires des Américains en embauchant des travailleurs clandestins ».




le site officiel de Barack Obama


John McCain

Candidat républicain

Etat civil : John Sydney McCain III

Âge : 72 ans

Lieu de naissance : Né le 29 août 1936 sur la base militaire américaine de Coco Solo (zone du canal de Panama)

Situation familiale : Divorcé en 1979 de sa première femme, Carol Shepp qu'il avait épousée en 1965, John McCain est marié depuis 1980 à Cindy Lou Hensley, héritière de Hensley & Co., géant de la bière aux USA.
Il a 7 enfants, dont Bridget, adoptée dans un orphelinat de mère Teresa au Bangladesh en 1991 et 4 petits enfants

Profession : Ancien militaire, aviateur durant la guerre du Vietman (Issu d’une lignée d’officiers : le père et le grand-père ont tous deux été des amiraux 4 étoiles dans la marine américaine.)
Sénateur d’Arizona depuis 1982

Signe particulier : durant la guerre du Vietnam, il est fait prisonnier et gardé captif pendant plus de cinq ans. La torture, les menaces, la faim, John McCain a vécu l’insoutenable mais garde de cette expérience le prestige du héros.

Atout majeur : héros de guerre anticonformiste

Faiblesse : son âge et son manque de connaissance en Economie

Colistière : Sarah Palin, 44 ans, gouverneure de l’Alaska

Il a dit :

  • Irak : « D’ici à janvier 2013 (…), la guerre en Irak aura été gagnée »
  • Avortement : « Je suis prolife parce que je crois en la dignité de la vie humaine »
  • Immigration : « Nous devons sécuriser nos frontières avant de parler d’une réforme de l’Immigration »




le site officiel de John McCain









Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:26 (2008)    Sujet du message: les présidents depuis l'Indépendance Répondre en citant

De :
pantherekashrina
Envoyé : 27/09/2008 07:42
les présidents depuis l'Indépendance

1789

George Washington
Fédéraliste


1797

John Adams
Fédéraliste


1801

Thomas Jefferson
démocrate-républicain


1809

James Madison
démocrate-républicain


1817

James Monroe
démocrate-républicain


1825

John Q. Adams
national-républicain


1829

Andrew Jackson
démocrate


1837

Martin Van Buren
démocrate


1841

William H. Harrison
whig


1841

John Tyler
whig


1845

James K. Polk
démocrate


1849

Zachary Taylor
whig


1850

Millard Fillmore
whig


1853

Franklin Pierce
démocrate


1857

James Buchanan
démocrate


1861

Abraham Lincoln
républicain


1865

Andrew Johnson
républicain


1869

Ulysses Grant
républicain


1877

Rutherford B. Hayes
républicain


1881

James A. Garfield
républicain


1881

Chester A. Arthur
républicain


1885

Grover Cleveland
démocrate




2009



2001

George W. Bush
républicain


1993

William J. Clinton
démocrate


1989

George H. W. Bush
républicain


1981

Ronald Reagan
républicain


1977

James E. Carter
démocrate


1974

Gerald Ford
républicain


1969

Richard Nixon
républicain


1963

Lyndon B. Johnson
démocrate


1961

John F. Kennedy
démocrate


1953

Dwight Eisenhower
républicain


1945

Harry S. Truman
démocrate


1933

Franklin D. Roosevelt
démocrate


1929

Herbert C. Hoover
républicain


1923

Calvin Coolidge
républicain


1921

Waren G. Harding
républicain


1913

Woodrow Wilson
démocrate


1909

William H. Taft
républicain


1901

Theodore Roosevelt
républicain


1897

William McKinley
républicain


1893

Grover Cleveland
démocrate


1889

Benjamin Harrison
républicain


qui sont ils en français 



Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:28 (2008)    Sujet du message: Obama s'envole Répondre en citant

De :
pantherekashrina
Envoyé : 03/10/2008 04:36
Elections USA - Obama s'envole

 
Crédit Photo : Abacapress
Barack Obama






<FORM name=frmPopup action="" method=post target=popupEnvoyerImprimer> </FORM> Obama s'envole
  • Le candidat démocrate dispose d'une marge d'avance conséquente dans tous les sondages nationaux. Il est également en tête dans plusieurs Etats clés.
  • Il profite de la crise financière et des bévues de Sarah Palin.

F.A. - le 02/10/2008 - 10h43












Pour la première fois depuis début juin et la fin des primaires, une tendance claire se dégage des différents sondages, aussi bien nationaux que dans les Etats. Et elle est nettement favorable à Barack Obama. Toutes les enquêtes réalisées après le débat de vendredi dernier face à John McCain et surtout depuis le début de la semaine et les atermoiements du camp républicain face au plan Paulson lui donnent en effet entre quatre et neuf points d'avance.
  
Mardi et mercredi, huit sondages ont été rendus publics. Pew Research Center accorde sept points d'avance au sénateur de l'Illinois (49% contre 42% pour
John McCain) tout comme le magazine Time (50-43) et AP-GfK Poll (48-41). Pour CBS/New York Times, l'écart est encore plus important : 49% contre 40%. American Research Group, Ipsos/McClatchy, Democracy Corps et ABC/Washington Post sont plus mesurés, avec seulement quatre points séparant les deux hommes. Dans toutes les enquêtes -sauf celle de ABC/Washington Post, Barack Obama est en hausse par rapport  à la dernière publication.

Inquiètudes républicaines 

Cette envolée de Barack Obama est confirmée par les sondages réalisés dans les Etats clés -les plus importants puisque l'élection ne se déroule pas au niveau national mais au niveau des Etats. L'université Quinnipiac accorde une avance de 8 à 15 points au sénateur de l'Illinois en Floride, dans l'Ohio et en Pennsylvanie. CNN et Time confirment cette avance dans quatre autres Etats (Minnesota, Missouri, Nevada et Virginie) ainsi qu'en Floride.
 
Trois raisons semblent expliquer cette envolée de
Barack Obama : sa performance jugée "excellente ou bonne" lors du débat télévisé de vendredi, la confiance qu'il inspire pour résoudre la crise financière et l'effet négatif de Sarah Palin, trop inexpérimentée, sur la campagne McCain.
 
Sans surprise, l'équipe de campagne de
John McCain tente de minimiser l'impact de ces sondages en affirmant que le sénateur de l'Arizona sait que cette élection constitue "un défi" dans une période de crise et avec un parti républicain "historiquement impopulaire". Il n'empêche que la situation devient critique. Sous couvert d'anonymat, de nombreux dirigeants républicains expriment d'ailleurs leur inquiétude dans la presse américaine et exhorte leur représentant à se montrer plus agressif.


RENDEZ-VOUS LCI.FR
- Suivez la campagne dans notre dossier spécial

- Les anecdotes de la campagne avec le blog de nos correspondants à Washington

- McCain, Nader ou Obama : pour qui voteriez-vous ?
Faites notre test !



  Elections USA - Obama s'envole

  • le 02/10/2008 à 18h26
    Faut-il rappeler que les sondages n'ont qu'une valeur toute relative, car pas représentatifs du mode de scrutin utilisé aux USA ? Ne pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, un adage à méditer longuement !
    Bob, Chantilly

  • le 02/10/2008 à 18h14
    Une fois dans l'isoloir, les americains se laisseront rattraper par leurs vieux démons... un candidat de couleur à la maison blanche? j'aimerai y croire mais....
    Pascal, Condé

  • le 02/10/2008 à 17h21
    Ce qui fait la force de Obama, c'est que malgré sa soit disant inexpérience que Mc Cain a si bruyamment souligné, il a une véritable carrure de présidentiable. Durant le débat, à aucun moment il ne s'est laissé démonter par les sarcasmes de son rival. Calmement, il a décliné son programme, son ambition pour ses concitoyens et pour son pays. Il a répondu aux questions à partir d'une vision cohérente de l'économie, de la protection sociale et de la sécurité de ses concitoyens. Je crois que ce sont ces performances qui expliquent cette envolée. Roger, Andrésy
    Rg, Andrésy

  • le 02/10/2008 à 16h10
    A ce rythme il va gagner avec 10 points d'écart...au bas mot.
    Patrick, Brest

  • le 02/10/2008 à 15h49
    Si ces sondages se révèlent fondés que Dieu protège le monde libre.
    CHARLEMAGNE, CASSIS

  • le 02/10/2008 à 13h54
    Il est vrai que le premier débat a clarifié en tout cas démontré que John McCain a du fil a tordre pour destabiliser un Obama dont la carrure présidentielle n'était plus à démontrer, calme et posé, répondant aux questions sans les esquiver comme John. Ce dernier n'avait que:"Obama ne comprend pas, il n'y aura pas de défaite.....lui il veut faire la guerre et Barak la paix, dans ce cas attendons de voir mais il semblerait que les carotes sont cuites. Mc Cain n'est pas le président que les USA veulent.....
    Bingo, Paris

  • le 02/10/2008 à 13h23
    Souvenez-vous un peu ? Bush était désigné comme perdant......et : surprise.......
    Marie, Evreux

  • le 02/10/2008 à 12h59
    UNE FOIS DE PLUS LES RICAINS SONT PARTIS POUR FAIRE LE MAUVAIS CHOIX AVEC OBAMA IL N A PAS LES CAPACITES POUR CE JOB ET LES GENS VONT VITE DECHANTER? ESPERONS QU ILS VONT SE RESAISIR ET COMPRENDRE L IMPORTANCE DE L ENJEU VIVE MC CAIN
    JIM, LA MADELEINE

  • le 02/10/2008 à 12h54
    Je me garderai bien d'en tirer des conclusions hâtives. Il reste 5 semaines de campagne et trois débats télévisés : une éternité en politique...Une fois le plan Paulson adopté au Congres la poussière retombera d'elle même et je reste persuadé que Mccain saura démontrer ses qualités de leadership dans un style purement gaullien.
    Aigle Hurlant, Montréal

  • le 02/10/2008 à 11h47
    Heureusement, manquerai plus qu'ils votent encore une fois pour un "rigolo" qui sous couvert d'avoir été un héros... de la guerre du Vietnam est capable de remettre de l'ordre aux USA après 8 ans d'un désastre aboslu et sangunaire nommé BUSH et Cie, Ouf j'ai eu peur... I have a dream : Obama President of the Untied states, YeS We Can
    Alain, Villemoisson


voir toutes les réactions
Elections USA - Obama s'envole



Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:29 (2008)    Sujet du message: dernier débat télévisé, McCain sort ses griffes face à Obama Répondre en citant

De :
pantherekashrina
Envoyé : 16/10/2008 06:39
Présidentielle américaine: dernier débat télévisé, McCain sort ses griffes face à Obama








© 2008 AFP (Jewel Samad)
Retransmsission sur écran géant à Hollywood du dernier débat télévisé entre Obama et Mc Cain le 15 octobre 2008


Le candidat républicain John McCain, à la traîne dans les sondages, a sorti ses griffes mercredi soir à l'occasion du dernier débat télévisé l'opposant à son adversaire démocrate Barack Obama, se faisant l'avocat de "Joe le plombier", victime innocente de la crise économique.
"Vous ne dites pas la vérité aux Américains" sur la fiscalité, a lancé M. McCain à son adversaire dès le début de leur échange. Le sénateur de l'Arizona a affirmé que la "distribution des richesses", prônée selon lui par M. Obama, revenait à allumer "une guerre des classes".
M. McCain, plus vindicatif que lors des deux premiers débats, a cherché à plusieurs reprises à déstabiliser son adversaire en évoquant ses liens supposés avec William Ayers, un ancien militant d'extrême gauche des années 1960, présenté par les républicains comme un "terroriste". Il l'a aussi accusé à demi-mot de complicité de fraude électorale en soutenant une association de gauche qui milite pour l'enregistrement des citoyens défavorisés et dont des militants ont inscrit des noms fictifs sur les listes électorales.
Barack Obama a aussitôt répliqué: "Mettons les choses au clair. Bill Ayers est professeur à Chicago. Il y a quarante ans, quand j'avais huit ans, il a commis des actes méprisables avec un groupe radical. J'ai condamné ces actes". "M. Ayers n'est pas impliqué dans ma campagne, il n'a jamais été impliqué dans ma campagne, et ne sera pas à la Maison Blanche", a-t-il ajouté sans se départir de son calme.
Le débat qui se déroulait à l'université Hofstra, à Hempstead, dans la banlieue de New York, était considéré comme la dernière chance pour John McCain d'enrayer la dynamique de son rival.


A 20 jours de l'élection présidentielle du 4 novembre, M. Obama possède un avantage de 9 à 14 points dans les intentions de vote selon différents instituts de sondage. Selon un sondage de CNN, diffusé à l'issue du débat, 58% des téléspectateurs ont trouvé que M. Obama avait remporté le débat contre 31% qui ont estimé que c'était M. McCain.
M. McCain a reproché à Obama de l'assimiler trop souvent dans ses critiques au président George W. Bush. "Sénateur Obama, je ne suis pas le président Bush. Si vous vouliez vous opposer au président Bush, il fallait vous présenter il y a quatre ans", a-t-il dit.
"Si je confonds par erreur votre politique et celle de George Bush, c'est parce que sur les problèmes économiques essentiels qui intéressent le peuple américain, sur la politique fiscale, la politique énergétique, les priorités de dépenses, vous avez été un fervent partisan du président Bush", a rétorqué M. Obama.
A plus de 20 reprises, M. McCain a cité "Joe le plombier", figure de l'Américain moyen victime de la crise économique. Il a critiqué le plan fiscal de M. Obama qui prévoit des hausses d'impôts pour les ménages gagnant plus de 250.000 dollars par an et qui, selon M. McCain, nuirait à "Joe le plombier". "Avec Obama, Joe, c'est ta richesse qui sera redistribuée", a dit M. McCain. "Pourquoi voulez-vous augmenter les impôts de tout le monde aujourd'hui?", a demandé M. McCain. "Nous devons encourager les entreprises", a-t-il insisté.
M. Obama a répondu que son programme prévoyait une réduction d'impôts pour 95% des Américains et que seule une poignée de contribuables les plus aisés serait concernée par une hausse des prélèvements. "Nous voulons tous deux diminuer les impôts", a déclaré le sénateur de l'Illinois. "La différence est au profit de qui nous voulons diminuer les impôts", a-t-il fait remarquer.
Les deux hommes se sont accusés mutuellement de mener des campagnes électorales négatives.
"100% de vos campagnes télévisées sont négatives, John, c'est absolument vrai", a lancé M. Obama. "Mais maintenant, je pense que les Américains sont moins intéressés par nos blessures morales durant la campagne que par les questions qui les affectent si profondément", a-t-il ajouté.




Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:31 (2008)    Sujet du message: C'est quoi le Super Tuesday? Répondre en citant

De :
pantherekashrina
Envoyé : 16/10/2008 06:52
Avec la convention du Parti démocrate, puis celle des républicains, la campagne présidentielle entre dans une phase décisive. A dix semaines du scrutin, le bilan désastreux de George W. Bush fait l'unanimité. Pourtant, rien n'est joué. Et les Américains restent profondément divisés sur le choix de son successeur. 


Un match indécisElection américaineLes clés pour comprendre
mis à jour le 22/09/2008 19:32:00 - publié le 08/09/2008 15:46:0
Fils RSS
Widgets


Super Tuesday, délégués, swing states et autres caucuses... Retrouvez nos modes d'emploi de l'élection présidentielle américaine pour vous y retrouver dans un système, même les Américains en conviennent, très complexe. 


Dernière ligne droite: l'élection généraleL'élection du président des Etats-Unis: un processus complexe
08/10/2008 14:54:00
Qui sont les grands électeurs? Pourquoi les candidats concentrent-ils leurs efforts de campagne dans certains Etats? Pourquoi le prochain président ne prendra ses fonctions qu'en janvier? Mode d'emploi d'une élection décidément bien complexe.
Tout savoir sur les débats présidentiels
15/09/2008 15:02:00
Inauguré en 1960 avec le duel Nixon-Kennedy, le débat télévisé entre prétendants à la Maison-Blanche (et leur numéro 2) est devenu un rituel dans la vie politique américaine. Retour, en quelques sites sélectionnés par LEXPRESS.fr, sur cette histoire médiatico-politique.
Comment s'y retrouver dans les sondages américains?
19/09/2008 16:00:00
McCain boosté par l’effet Palin, Obama qui reprend du poil de la bête "grâce" à la crise financière… L’élection présidentielle américaine est, tous les quatre ans, marquée par la publication de sondages en série. Nationaux, dans un Etat-clé, sur des questions de société… Quels sont les plus "parlants"?
Les Swing states: qu'est-ce que c'est?
11/06/2008 17:23:00
Après la course à l'investiture dans les deux partis, la vraie bataille commence entre John McCain et Barack Obama. La gageure pour les deux candidats sera de convaincre les "swing states", ces Etats indécis où les Républicains autant que les Démocrates ont des chances de l'emporter. Explications, Etat par Etat.
Qui sont les électorats clés de la présidentielle?
24/01/2008 16:59:00
Le point commun entre les Latinos, les Afro-Américains et les femmes aux Etats-Unis? Tous sont courtisés, convoités, ciblés par les candidats aux investitures démocrate et républicaine pour l’élection présidentielle. C’est ce que l’on appelle des électorats clés.


Retour sur les conventions des partis et le choix du vice-présidentDélégués et super-délégués: à quoi servent-ils ?
16/01/2008 14:41:00
Les primaires et les caucus qui se déroulent actuellement aux Etats-Unis passionnent… mais leur but n’est pas d’élire le président des Etats-Unis. Pour l’heure, il s’agit de désigner des délégués "engagés" pour tel ou tel candidat afin qu’il l’appuie lors de la convention du parti.

L choix très stratégique du vice-président
12/08/2008 18:54:00
La course aux vice-présidents, passage obligatoire de toutes les campagnes présidentielles américaines, rentre dans sa toute dernière phase. Pour le moment, le suspense reste entier.
 

A Denver, Obama pour tous, tous pour Obama!
26/08/2008 15:00:00
La convention démocrate, qui s'est tenue à Denver (Colorado) du 25 au 28 août, a consacré la candidature du sénateur Barack Obama à l'élection présidentielle américaine. Responsables politiques, stars du show-biz et des médias ou simples délégués démocrates, tout le monde y était pour savourer l'unité retrouvée des démocrates. Les images d'une grand-messe de la politique américaine.

A Saint Paul, la fête en demi-teinte pour McCain
03/09/2008 16:40:00
Ouragan Gustav, révélations sur Sarah Palin, absence du président sortant George W. Bush... La convention républicaine, à Saint Paul, dans le Minnesota, ne ressemble sans doute pas à ce qu'imaginaient les partisans du Grand Old Party.



retour sur les primairesLe calendrier de l'élection présidentielle
03/01/2008 09:35:00
Primaires, caucus, conventions des partis, adoubement des candidats, vote final, prise de fonction du président... Voici le calendrier d'une année d'élection présidentielle aux Etats-Unis.
Primaires et caucus : mode d’emploi
03/01/2008 10:55:00
LEXPRESS.fr vous propose un mode d’emploi pour vous y retrouver dans la première étape de l'élection présidentielle américaine : les primaires et les caucus qui permettent de désigner les candidats républicain et démocrate.



C'est quoi le Super Tuesday?
28/01/2008
Super Tuesday, Super Duper Tuesday, Giga Tuesday, Tsunami Tuesday… Les Américains ont une série d’expressions toutes plus imagées les unes que les autres pour désigner ce "méga-mardi" crucial dans la course aux investitures démocrate et républicaine. Mais c’est quoi au juste?

Ces Etats "punis" par les partis
11/01/2008 15:37:00
Prochaine étape dans l’agenda des aspirants à la Maison-Blanche: le Michigan. Cet Etat, comme la Floride, en avançant la date de sa primaire pour peser dans la désignation des candidats officiels, s’est attiré les foudres des partis démocrate et républicain: le poids de ses délégués sera diminué. Explications.


"Les démocrates se noient dans leur démocratie!"
25/04/2008 14:24:00
Plus que neuf consultations... et toujours aucune certitude quant à l'identité du candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine. A cause des divisions du parti, bien sûr, mais aussi des règles de sélection de ce candidat, explique Bruce Cain, professeur de sciences politiques à l'Université de Californie à Berkeley.





Réponse
Conseiller
Supprimer
    Message 7 sur 8 dans la discussion 
De :
pantherekashrina
Envoyé : 16/10/2008 06:58
Présidentielle américaine
Troisième service
Journaliste : language=javascript type=text/javascript> getCourriel('Messief'); </SCRIPT> François Messier language=javascript type=text/javascript> document.write(""); </SCRIPT>

Les deux aspirants à la succession de George W. Bush, le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain, se sont affrontés pour un troisième et dernier débat télévisé de 90 minutes portant sur la politique intérieure, mercredi, depuis l'Université Hofstra, dans l'État de New York.
La crise financière qui secoue les États-Unis a occupé la plus importante portion du débat, un sujet d'autant plus d'actualité que l'indice Dow Jones de la bourse de New York avait mis un terme, quelques heures plus tôt, à sa pire journée en 21 ans.
Les programmes des candidats au sujet de la santé, de l'éducation, de l'environnement et de l'énergie ont aussi été abordés. MM. Obama et McCain ont également parlé de la nomination des juges à la Cour suprême, un sujet qui n'avait pas été discuté lors des deux premiers débats.
Les échanges n'ont toutefois pas donné lieu à de nouveaux arguments et les Américains qui suivent la campagne présidentielle n'y auront pas appris grand-chose de neuf. Dans ce contexte, le langage non verbal revêtait une certaine importance. Obama est apparu plus calme et serein que McCain, qui se portait davantage à l'attaque, et qui a affiché des sourires qui ont semblé sarcastiques à quelques occasions.

Photo: AFP/Spencer Platt/Getty Images
Comme ce fut le cas lors des deux premiers affrontements, un sondage éclair effectué par CNN après l'affrontement a révélé que les électeurs accordent la victoire à Obama dans une proportion de 58 %. Interrogés sur le candidat qu'ils avaient trouvé le plus aimable, 70 % des gens ont choisi le candidat démocrate.
Le débat a été le plus enlevant des trois organisés au cours de l'automne. Le fait que les deux candidats étaient assis à la même table a contribué à créer davantage d'échanges directs. Le modérateur a d'ailleurs dû couper court à certains échanges et ramener les candidats aux questions principales à quelques reprises.
Question 1: En quoi votre plan d'urgence pour l'économie est-il meilleur que celui de votre adversaire?
Question 2: Comment peut-on réduire le déficit? Des études soutiennent que vos plans vont l'augmenter davantage. Dans vos programmes, que pourriez-vous mettre en veilleuse dans les circonstances?
Question 3: Répéteriez-vous en personne les attaques négatives que vous vous êtes lancées par le biais de vos campagnes?
Question 4: Les colistiers: Pourquoi le pays serait-il mieux servi avec Joe Biden qu'avec Sarah Palin?
Question 5: Pouvez-nous donner un chiffre spécifique pour mesurer la réduction de notre dépendance au pétrole étranger?
Question 6: Doit-on mieux contrôler les coûts en soins de santé ou étendre la couverture dont bénéficient les Américains?
Question 7: Pourriez-vous nommer quelqu'un, à la Cour suprême, qui est en désaccord avec vous au sujet de l'avortement?
Question 8: Les États-Unis dépensent plus d'argent par capita que n'importe quel autre pays en matière d'éducation, mais nos résultats à des tests internationaux sont mauvais. Que faire?
L'heure de gloire de « Joe le plombier »
John McCain, qui tire nettement de l'arrière dans les sondages, a sans contredit porté davantage d'attaques que son adversaire. Il a régulièrement illustré ses divergences d'opinions avec Barack Obama en évoquant l'impact désastreux, selon lui, que les politiques du candidat démocrate auraient sur « Joe le plombier ».
Cette référence à un homme qui a récemment eu une conversation avec Barack Obama visait sans contredit à le présenter comme soucieux des intérêts de la classe moyenne. Obama, qui se présente comme le défenseur de ces Américains, a pris la balle au bond à quelques reprises, réfutant les arguments de M. McCain et s'appliquant à démontrer que ses propositions seront profitables pour « Joe le plombier ».
Barack Obama, dont la stratégie consistait davantage à ne pas commettre d'erreur et à ne pas perdre ses acquis, a démenti certaines accusations faites par John McCain, y allant notamment d'une réfutation exhaustive des attaques républicaines concernant les liens qu'il a entretenus avec le radical Bill Ayers, cofondateur des Weathermen, un groupe qui a posé des bombes à la fin des années 60 et au début des années 70 pour contester l'engagement des États-Unis au Vietnam. « Vos attaques, M. McCain, en disent plus sur vous que sur moi », a-t-il lancé à son adversaire.
Interrogé sur les qualifications de la colistière républicaine, Sarah Palin, Barack Obama a évité de répondre, se contentant de dire qu'elle était une politicienne « capable ». Il a aussi ri haut et fort lorsque John McCain l'a accusé de mener la campagne présidentielle la plus négative de l'histoire des États-Unis.
John McCain a pour sa part tenté de se dissocier des politiques du président George W. Bush, auxquelles M. Obama l'associe sans relâche. À une occasion, il a lancé au sénateur de l'Illinois: « Si vous vouliez vous présenter contre George W. Bush, vous auriez dû vous présenter contre lui il y a quatre ans ».
Le Canada, terre de pétrole et de bureaucratie
Pour une première fois dans ces débats, les candidats ont évoqué le Canada à quelques reprises. Se dépeignant comme davantage en faveur du libre-échange que son adversaire, le sénateur McCain a rappelé qu'Obama s'est déclaré prêt à renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Obama ne s'est pas dédit, réaffirmant que l'entente devrait davantage tenir compte du sort des travailleurs et de l'environnement.
Lors d'un débat sur les programmes des candidats en matière de santé, McCain a soutenu que l'idée d'Obama de mettre sur un pied un régime d'assurance gouvernemental créerait un système bureaucratique. Si vous voulez un système comme ça, a lancé McCain, vous devriez aller au Canada. À une autre reprise, le sénateur de l'Arizona a soutenu que le pétrole importé du Canada était « OK » pour les États-Unis, contrairement à celui importé du Moyen-Orient ou du Venezuela.



Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Sam 1 Nov - 20:33 (2008)    Sujet du message: Le Vrai Effet Palin Répondre en citant

De :
pantherekashrina
Envoyé : 20/10/2008 14:06
Le Vrai Effet Palin
le 18 octobre 2008 19h43 | par BH Harcourt
Assez parlé de l’effet Bradley. C’est au tour de  l'équipe de la campagne McCain de s’inquiéter. Leur problème, je le nommerais « le vrai effet Palin » (pour le distinguer de l'effet rebond Palin attenant à la convention Républicaine).
"Le vrai effet Palin" aura pour conséquence, à mon avis, que les intellectuels de droite ne vont tout simplement pas pouvoir voter pour McCain du choix de sa putative vice-présidente. Et, si l'on en croit  les faits, ils rechignent de moins en moins à en parler.  
Dans le journal de vendredi, David Brooks, éditorialiste de droite au New York Times, commence même a se faire à l'idée d'une présidence Obama. Sous la rubrique, Thinking About Obama, Brooks écrit : 
it is easy to sketch out a scenario in which [Obama] could be a great president. He would be untroubled by self-destructive demons or indiscipline. With that cool manner, he would see reality unfiltered. He could gather — already has gathered — some of the smartest minds in public policy, and, untroubled by intellectual insecurity, he could give them free rein. Though he is young, it is easy to imagine him at the cabinet table, leading a subtle discussion of some long-term problem.
Ces propos sont pour le moins remarquables! Ils témoignent d'un renversement complet de point de vue. Et Brooks n’est pas seul. Il y a moins d’une semaine, Christopher Buckley, le fils du renommé conservateur William F. Buckley Jr., et lui-même éditorialiste au National Review (la revue de droite que son père a fondé), a donné son appui à Obama dans un article publié sur le site internet The Daily Beast, sous le titre « Sorry, Dad, I'm Voting for Obama ». Il faut que vous le lisiez impérativement: le style adopté pas Buckley est absolument incroyable!
Let me be the latest conservative/libertarian/whatever to leap onto the Barack Obama bandwagon. It’s a good thing my dear old mum and pup are no longer alive. They’d cut off my allowance.
Pour Buckely, la goutte d'eau qui a fait débordé le vase a bel et bien été le choix de Sarah Palin comme running-mate. Il y avait d’autres choses, bien sûr: Les pubs récentes sur Bill Ayers et les insinuations sur ses appartenances au terrorisme – “mean-spirited and pointless,” précise Buckley . Mais Palin… Palin, ce fut la goutte de trop:  “And finally, not to belabor it, there was the Palin nomination. What on earth can he have been thinking?”
Le jour suivant, Buckley démissionna de la revue National Review. Dans son post, Buckley Bows Out of National Review (sauvegardé sous le titre plus amusant, Sorry Dad I Was Fired), Buckley nous explique:  
Within hours of my endorsement appearing in The Daily Beast it became clear that National Review had a serious problem on its hands. So the next morning, I thought the only decent thing to do would be to offer to resign my column there. This offer was accepted—rather briskly!—by Rich Lowry, NR’s editor, and its publisher, the superb and able and fine Jack Fowler. I retain the fondest feelings for the magazine that my father founded, but I will admit to a certain sadness that an act of publishing a reasoned argument for the opposition should result in acrimony and disavowal.
Avant Buckley, ce fut Kathleen Parker qui, dans les pages de la National Review, plaida pour que Palinse retire de la course. Parker, éditorialiste, et haute figure intellectuelle de droite, voulait mais ne pouvait simplement pas tolérer Sarah Palin. La seule solution, comme elle l'écrivait le 26 septembre, était la démission : « Only Palin can save McCain, her party, and the country she loves. She can bow out for personal reasons, perhaps because she wants to spend more time with her newborn. No one would criticize a mother who puts her family first. Do it for your country.”
[Kathleen Parker commente le depart de Buckely de la National Review dans sa rubrique « The Buckley Son Rises » :Republicans are not short on brainpower — or pride — but they have strayed off course. They do not, in fact, deserve to win this time, and someone had to remind them why.”]
Avant Parker, c’était le sénateur Chuck Hagel, Républicain du Nebraska et figure éminemment respectée, qui déclarait le 18 septembre qu’il ne pensait pas que Palin était capable d’être présidente des Etats-Unis. "I think it's a stretch to, in any way, to say that she's got the experience to be president of the United States," avait dit Hagel.
Même Bill Kristol, l’autre éditorialiste conservateur du New York Times, commence a attaquer la campagne  de McCain. Sur Fox News et sur les pages éditoriales du New York Times, Kristol recommande que McCain « Fire the Campaign ».  
Le parti Républicain commence a se morceler. On trouve d'une part, Palin et les Républicains populistes et les plus fondamentalistes de l’extrême droite. Leur assistance a certainement eu – et continue d’avoir – un effet positif. A l'époque on l'appelait « the Palin Effect ».    Aujourd'hui encore, les commentateurs populistes de la droite en parlent : « McCain's surprise pick of Sarah Palin easily surpassed Bill Clinton's 1992 pick of Al Gore as one of the few transformational choices in modern political history, one of the few that recast and updated the image of the party, changed for the better the way that the head of the ticket was seen by the public, and made the whole ticket more than the sum of its parts.”
D'autre part on trouve les citadins intellectuels Républicains les mieux éduqués. Ces derniers commencent, tout doucement, à se détacher de John McCain. Comme David Brooks l'expliquait, depuis une semaine, on commence à ressentir une guerre des classes au sein du parti Républicain – phénomène qu'il nomme “social class warfare”.  Cela a pour conséquences le fait que depuis quelques années déjà, le partie Républicain « has driven away people who live in cities, in highly educated regions and on the coasts”.
McCain avait choisi Palin pour réanimer sa campagne. Il avait adopté cette stratégie dans le but de plaire aux extrémistes du parti. Afin de les faire travailler. De les faire sortir. De les faire voter. C’était un acte de désespoir – ce que nous avions tous appelé a l’époque, « McCain’s Hail Mary Pass ». (Au football américain, lorqu'une équipe est sur le point de perdre, le quarterback ferme les yeux, fait une longue passe... et prie).
La passe de McCain a l'effet escompté: Palin plaît aux extrémistes. Mais en fin de compte, c'est plutôt « le vrai effet Palin » qui va assommer McCain le jour de l’élection. Le 4 novembre, il sera tout simplement trop dur pour l'aile intellectuelle de la droite de déposer des scrutins Sarah Palin dans l’urne.



Tags:






Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 18:13 (2008)    Sujet du message: 16h58 - L'écart se creuse, selon CNN Répondre en citant




 


Sondage
16h58 - L'écart se creuse, selon CNN

Selon un sondage CNN/Opinion Research, l'écart se creuse entre Barack Obama et John McCain. Le candidat démocrate est crédité de 53% des voix, contre 46% pour le sénateur républicain. C'est deux points de plus pour Barack Obama alors que John McCain reste stable.(Photo TF1/LCI)


Déclarations
16h50 - Pour le camp McCain, les sondages sous-estiment le vote républicain

Les sondages ont-ils tort lorsqu'ils placent Barack Obama en tête ? Oui, répond le chef de campagne de John McCain. Invité sur ABC, Rick Davis a en effet estimé que le "déséquilibre structurel" entre les deux candidats dans de nombreux sondages vient du fait que ces derniers sous-estiment le vote républicain. Pour lui, pour l'emporter, John McCain doit en tout cas gagner cinq des six Etats-clés que sont la Virginie, l'Indiana, l'Ohio, la Caroline du Nord, la Floride et la Pennsylvanie.


Médias
14h51 - Obama élu à la Maison-Blanche... pour l'AFP


Drôle de surprise pour les journalistes dimanche matin : dans une dépêche, l'AFP écrit que Barack Obama a gagné l'élection présidentielle américaine, une victoire qui "fait naître l'espoir en Amérique latine". Cinq heures plus tard, l'agence de presse envoit un rectificatif, expliquant que la dépêche a été envoyée par erreur. Il est en effet courant que des "papiers" soient écrits à l'avance sans être envoyés pour autant aux journaux et autres médias abonnés à l'AFP. Une dépêche du même ordre sur l'impact qu'aurait la victoire de John McCain en Amérique latine a peut-être également été préparée. Sauf qu'avec Internet, de nombreux sites d'informations ont repris la dépêche sans que celle-ci ne soit retirée après le correctif envoyé par l'AFP. Nous verrons le 4 novembre si l'AFP avait raison. (Photo DR)


Télévision
14h12 - Quand McCain fait le camelot...


Invité de la célèbre émission Saturday Night Live, John McCain a ironisé samedi soir, faisant référence à Barack Obama qui s'est offert cette semaine 30 minutes d'antenne sur les grandes chaînes américaines. Aux côtés de Tina Fey, l'humoriste américaine qui parodie depuis plusieurs semaines Sarah Palin, le candidat républicain a ainsi plaisanté sur le fait qu'il n'avait pas les moyens de s'offrir du temps d'antenne sur les chaînes nationales, mais qu'il pouvait toujours faire de la publicité sur QVC, une chaîne de téléshopping, et promouvoir son programme tout en vendant des objets.
Sur le ton de la plaisanterie, il a par exemple proposé aux téléspectateurs un lot d'assiettes commémorant les 10 meetings qui ont compté dans la campagne. C'est alors que le candidat a sorti une pile d'assiettes blanches. Sa femme Cindy a également été mise à contribution dans le sketch, vantant la qualité de "l'or fin McCain". Tina Fey a elle fait la démonstration des figurines Joe, en référence à Joe le plombier ainsi qu'à Joe Biden, expliquant qu'"en tirant sur la corde, la poupée se met à parler 45 minutes". (Photo DR)



Programme
10h00 - Les meetings du jour
- Barack Obama : deux meetings dans l'Ohio (avec sa femme Michelle)
- John McCain : deux meetings en Pennsylvanie, un dans le New Hampshire et un en Floride
- Sarah Palin : quatre meetings dans l'Ohio
- Joe Biden : trois meetings en Floride, un dans l'Ohio



Esotérisme
08h53 - Un peu d'astrologie...


Des astrologues indiens prédisent une large victoire de Barack Obama à l'élection présidentielle, mais l'un d'eux prévient : sa vie est en danger en 2010. "Obama est un Lion à 100% et les Lions sont des dirigeants-nés et dotés d'un charme exceptionnel. Mais je vois sa vie en danger à compter du 5 avril  2010. Je vois une chance sur quatre de survie. Il doit faire extrêmement attention à sa sécurité et aux gens qui travaillent pour lui", commente ce célèbre astrologue de Bombay, Bejan Daruwalla. Verdict sur la première partie de sa prédiction dans moins de trois jours...


Sondage
07h04 - Obama regagne un point

Barack Obama reprend un point à John McCain dans le dernier sondage Reuters/C-SPAN/Zogby, qui lui confère dimanche six points d'avance, à deux jours de l'élection présidentielle. Le candidat démocrate est crédité de 50% d'intentions de vote au plan national, contre 44% pour son adversaire républicain.


Canular
21h05 - Sarah Palin piégée par un faux Nicolas Sarkozy


Sarah Palin vient de faire les frais d'humoristes québécois, qui se sont faits passer pour le président Nicolas Sarkozy. Les "Justiciers masqués", connus pour avoir déjà piégé le président Sarkozy, son prédécesseur Jacques Chirac, ainsi que des personnalités comme Mick Jagger, Tiger Woods ou Britney Spears, viennent en effet d'ajouter la colistière républicaine à leur tableau de chasse.

Dans l'enregistrement, qui a été mis en ligne sur le site des humoristes avant d'être diffusé lundi, on y entend Sarah Palin se déclarer ravie du coup de téléphone de son interlocuteur qui lui parle avec un fort accent français. "Nous avons beaucoup de respect pour vous, John McCain et moi, et nous vous aimons. Merci d'avoir pris quelques minutes pour me parler", lui dit-elle.

Le faux Nicolas Sarkozy lui déclare de son côté suivre de près la campagne avec son conseiller spécial Johnny Hallyday. "Je vous vois présidente un jour vous aussi", lui glisse-t-il ensuite. "Peut-être dans huit ans", lui répond Sarah Palin avec un petit rire. Cette dernière dit alors à son interlocuteur qu'elle serait ravie de le rencontrer en personne ainsi que "sa belle épouse". Le faux Sarkozy lui demande enfin si Joe le Plombier, un petit entrepreneur est son mari. "Joe le plombier n'est pas mon mari. C'est un Américain normal qui travaille dur et ne veut pas que le gouvernement lui prenne son argent", lui répond très sérieusement la candidate à la vice-présidence américaine.

La conversation s'achève lorsque l'humoriste informe son interlocutrice qu'elle vient d'être victime d'un canular téléphonique. Elle pousse alors un "Oh" surpris et une collaboratrice raccroche rapidement. Sarah Palin "a été modérément amusée en apprenant qu'elle avait rejoint les rangs de chefs d'Etats, y compris le président Sarkozy, et d'autres célébrités qui se sont fait piéger par ces amuseurs", a indiqué la porte-parole de son équipe Tracey Schmitt, avant de conclure en français : "c'est la vie". (Photo TF1/LCI)



Campagne
18h36 - Quand McCain s'emmêle les pinceaux...


Lors d'un meeting vendredi, John McCain s'est emmêlé les pinceaux sur le nom de la ville où il se trouvait. Il a en effet salué "l'élan et l'enthousiasme" suscités par sa venue "ici, à Philadelphie-Nord". Sauf que le candidat républicain ne se trouvait pas dans cette ville de la banlieue nord de Philadelphie, en Pennsylvanie, mais à New Philadelphia, dans l'Ohio. Espérons que ceux qui assistaient à son meeting ne lui en tiendront pas rigueur le 4 novembre. (Photo TF1/LCI)


Soutien
17h57 - Dick Cheney plaide pour John McCain


En campagne avec les candidats républicains dans le Wyoming, Dick Cheney a défendu samedi la candidature de John McCain, estimant que le candidat républicain était "le dirigeant qu'il fallait à cette période de l'histoire". Selon le vice-président des Etats6unis, John McCain "comprend le danger" auquel les Etats-Unis sont aujourd'hui confrontés et est bien préparé pour y faire face. Il a également salué le "talent, l'endurance et le bon sens" de Sarah Palin. (Photo INTERNE)


Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 18:17 (2008)    Sujet du message: l'écart se creuse entre Barack Obama et John McCain. Répondre en citant



Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 11:01 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant

Présidentielle américaine: Obama crédité de 11 points d'avance à J-1








© 2008 AFP (Emmanuel Dunand)
Le candidat démocrate Barack Obama en campagne à l'université de Cincinnati, Ohio (centre-est), le 2 novembre 2008


Le candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama est crédité de 11 points d'avance sur son adversaire républicain John McCain, dans un sondage Gallup à paraître lundi dans USA Today.
Le candidat démocrate est crédité de 55% d'intentions de vote contre 44% pour M. McCain ou de 53% contre 42%, selon la méthodologie utilisée pour réaliser ce sondage diffusé à la veille de l'élection présidentielle.
73% des électeurs démocrates se disent enthousiasmés par la campagne de leur candidat contre 59% des électeurs républicains.
Il s'agit du dernier sondage publié par Gallup avant l'élection.
L'institut estime "improbable" un retournement de tendance à ce stade.
S'il fallait se fier aux sondages, l'issue de l'élection présidentielle américaine ne ferait aucun doute. Les quelque 200 sondages publiés au cours des six dernières semaines donnent tous le démocrate Barack Obama vainqueur.
Pourtant, à 24 heures du scrutin, personne ne se hasarde, y compris dans le camp démocrate, à dire que les jeux sont faits.

© 2008 AFP
L'évolution du duel Obama-McCain dans les sondages


Les sondages publiés dimanche confirmaient ceux des jours précédents. M. Obama, premier candidat noir aux portes de la Maison Blanche, était crédité d'une avance de 5 à 9 points selon les différents instituts. Le site spécialisé indépendant RealClearPolitics (RCP), qui réalise une moyenne des sondages publiés, accordait un avantage de plus de 6 points au candidat démocrate.


Cependant plusieurs facteurs viennent tempérer les pronostics des sondages.
Il y a d'abord la complexité du mode de scrutin américain. L'élection présidentielle se joue moins au niveau national que dans chacun des 50 Etats. Un candidat peut gagner le vote populaire et perdre la Maison Blanche. Cette mésaventure est arrivée en 2000 au démocrate Al Gore qui a perdu la présidentielle face à George W. Bush alors qu'il avait rassemblé plus de suffrages que son adversaire.

© 2008 AFP (Chip Somodevilla)
Le candidat républicain John McCain le 2 novembre 2008 à Wallingford, Pennsylvanie (est)


Si un candidat gagne, même d'un cheveu, dans une poignée d'Etats clefs, il peut faire la différence en remportant tous les grands électeurs de ces Etats. C'est ce que vise le républicain John McCain en jetant toutes ses forces dans des Etats comme l'Ohio et la Pennsylvanie qui comptent à eux seuls 41 grands électeurs. Il y a au total 538 grands électeurs et il en faut au moins 270 pour être élu président.
Une autre inconnue se réfère au célèbre "effet Bradley", du nom de Tom Bradley, l'ancien maire noir de Los Angeles qui perdit à la surprise générale l'élection au poste de gouverneur de Californie en 1982 en raison de la couleur de sa peau. Une partie des sondés n'oseraient pas avouer qu'en aucune circonstance ils ne voteraient pas pour un Noir et tromperaient ainsi les instituts de sondages. Beaucoup d'experts doutent cependant de l'existence même de l'"effet Bradley" et soulignent que l'opinion a évolué depuis le début des années 80.
La méthodologie des sondeurs est également parfois mise en cause. Les sondeurs surestimeraient la participation des Noirs et des jeunes. Selon le camp républicain, la participation à l'élection devrait bien être importante mais ce sont toutes les catégories d'électeurs qui vont se mobiliser et cela devrait atténuer l'importance du "vote noir".
Enfin, il est arrivé, par le passé, que les instituts de sondage se trompent. Ainsi, en janvier dernier, durant les primaires démocrates, M. Obama était donné favori dans le New Hampshire mais c'est sa rivale Hillary Clinton qui a remporté l'élection. "A ceux qui sont trop sûrs de soi, j'aurai deux mots: New Hampshire", répète à l'envi M. Obama à ses partisans.
Chacun se souvient qu'en 1948, les sondeurs avaient prédit la victoire du républicain Thomas Dewey, en tête durant toute la campagne, et n'avaient pas pressenti le sursaut tardif du démocrate Harry Truman, finalement élu à la Maison Blanche.
"Tous les signaux indiquent que nous nous dirigeons vers une élection qui pourrait être trop serrée pour désigner un vainqueur d'ici mardi", a affirmé Bill McInturff, responsable des études d'opinion dans le camp républicain.
Mais, depuis 1948, il n'est jamais advenu qu'un candidat annoncé battu par plus de 5 points à une semaine du scrutin présidentiel inverse la tendance.
Selon Allan Lichtman, un historien spécialiste des élections présidentielles à l'American University de Washington, "les retournements de situation de dernière minute n'existent pas".
"Chaque candidat qui est à la traîne veut vous raconter l'histoire de Harry Truman. Mais il n'y a pas eu de Harry Truman depuis 60 ans", dit-il.

© 2008 AFP
Carte des Etats-Unis indiquant les dernières intentions de vote par Etat


Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 11:07 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant

10h36 - Obama en tête dans les "swing states"
A la veille de l'élection présidentielle américaine, le démocrate Barack Obama devance le
républicain John McCain dans six "swing states" sur huit, ces Etats qui peuvent pencher en faveur d'un camp ou de l'autre jusqu'au dernier moment, dont la Floride et l'Ohio, selon une série de sondages Reuters/Zogby publiés lundi.



Sondage
06h57 - 11 points d'avance pour Obama
Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama est crédité de 11 points d'avance sur son adversaire républicain John McCain dans un sondage Gallup à paraître lundi dans USA Today. Le démocrate recueillerait 55% des intentions de vote contre 44% pour le républicain.


Publicité
22h41 - Hillary Clinton utilisée à son insu par le camp républicain


Dans un message enregistré que le camp républicain diffuse par téléphone, la voix de Hillary Clinton est utilisée à son insu, pour vanter la candidature du sénateur de l'Arizona. "J'appelle pour John McCain et le Parti républicain. Ecoutez ce qu'Hillary Clinton a à vous dire au sujet de John McCain et de Barack Obama", commence le message.
Vient ensuite la voix d'Hillary Clinton. "A la Maison-Blanche, il n'y a pas de temps pour les discours, ni pour se faire la main sur le tas. Le sénateur McCain va apporter à la campagne l'expérience de toute une vie, et le sénateur Obama a de son côté avec lui un discours qu'il a fait en 2002. Je pense qu'il y a une différence significative entre les deux", finit-elle. Des propos qu'elle avait tenus lors des primaires démocrates, mais qui utilisés hors contexte peuvent être fatals à son propre camp. (Photo TF1/LCI)



Sondage
16h58 - L'écart se creuse, selon CNN

Selon un sondage CNN/Opinion Research, l'écart se creuse entre Barack Obama et John McCain. Le candidat démocrate est crédité de 53% des voix, contre 46% pour le sénateur républicain. C'est deux points de plus pour Barack Obama alors que John McCain reste stable.(Photo TF1/LCI)


Déclarations
16h50 - Pour le camp McCain, les sondages sous-estiment le vote républicain

Les sondages ont-ils tort lorsqu'ils placent Barack Obama en tête ? Oui, répond le chef de campagne de John McCain. Invité sur ABC, Rick Davis a en effet estimé que le "déséquilibre structurel" entre les deux candidats dans de nombreux sondages vient du fait que ces derniers sous-estiment le vote républicain. Pour lui, pour l'emporter, John McCain doit en tout cas gagner cinq des six Etats-clés que sont la Virginie, l'Indiana, l'Ohio, la Caroline du Nord, la Floride et la Pennsylvanie.


Médias
14h51 - Obama élu à la Maison-Blanche... pour l'AFP


Drôle de surprise pour les journalistes dimanche matin : dans une dépêche, l'AFP écrit que Barack Obama a gagné l'élection présidentielle américaine, une victoire qui "fait naître l'espoir en Amérique latine". Cinq heures plus tard, l'agence de presse envoit un rectificatif, expliquant que la dépêche a été envoyée par erreur. Il est en effet courant que des "papiers" soient écrits à l'avance sans être envoyés pour autant aux journaux et autres médias abonnés à l'AFP. Une dépêche du même ordre sur l'impact qu'aurait la victoire de John McCain en Amérique latine a peut-être également été préparée. Sauf qu'avec Internet, de nombreux sites d'informations ont repris la dépêche sans que celle-ci ne soit retirée après le correctif envoyé par l'AFP. Nous verrons le 4 novembre si l'AFP avait raison. (Photo DR)


Télévision
14h12 - Quand McCain fait le camelot...


Invité de la célèbre émission Saturday Night Live, John McCain a ironisé samedi soir, faisant référence à Barack Obama qui s'est offert cette semaine 30 minutes d'antenne sur les grandes chaînes américaines. Aux côtés de Tina Fey, l'humoriste américaine qui parodie depuis plusieurs semaines Sarah Palin, le candidat républicain a ainsi plaisanté sur le fait qu'il n'avait pas les moyens de s'offrir du temps d'antenne sur les chaînes nationales, mais qu'il pouvait toujours faire de la publicité sur QVC, une chaîne de téléshopping, et promouvoir son programme tout en vendant des objets.
Sur le ton de la plaisanterie, il a par exemple proposé aux téléspectateurs un lot d'assiettes commémorant les 10 meetings qui ont compté dans la campagne. C'est alors que le candidat a sorti une pile d'assiettes blanches. Sa femme Cindy a également été mise à contribution dans le sketch, vantant la qualité de "l'or fin McCain". Tina Fey a elle fait la démonstration des figurines Joe, en référence à Joe le plombier ainsi qu'à Joe Biden, expliquant qu'"en tirant sur la corde, la poupée se met à parler 45 minutes". (Photo DR)


Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 11:15 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant


ELECTIONS USA
TF1, LCI, LCI.fr : notre dispositif pour la nuit américaine


EXCLUSIF
Claire Chazal et son équipe à New York : l'intégrale


SPOTS TELES
Les clips de campagne, traduits en français


MODE D'EMPLOI
Comment sera élu le successeur de George W. Bush ? La réponse en cliquant ici



  • Elections USA


Elections USA
Elections USA
 Elections USA
 Elections USA
McCain n'entend pas lâcher la Pennsylvanie
USA Express : le minute par minute
L'humour, dernière arme de John McCain ?
Edition spéciale du 20h : Claire Chazal à New York
Devant une foule de supporters, le candidat républicain a assuré dimanche qu'il se voyait gagner les élections.
Suivez les dernières actus de la campagne avec notre "fil news" spécial élection.
Même si les sondages ne sont pas favorables au camp républicain, John McCain et Sarah Palin n'en perdent pas pour autant leur sens de l'humour.
A deux jours des élections américaines, TF1 s'est déplacé à New York. Portrait de l'Amérique d'aujourd'hui.
 Elections USA
 Elections USA
 Elections USA
 Elections USA
Un Bush dans une pub pro-McCain
Obama raille le soutien apporté par Dick Cheney à McCain
La présidentielle américaine vue par les Sioux
TF1, LCI, LCI.fr : notre dispositif pour la nuit américaine
Clip de campagne - Le frère du président américain Jeb Bush, ancien gouverneur de Floride, s'adresse aux électeurs hispaniques, dont le vote sera crucial dans cet Etat du sud des Etats-Unis.
Clip de campagne - Dans une nouvelle publicité, le candidat démocrate estime que les soutiens reçus par John McCain sont d'un autre âge.
Reportage - Visite d'une réserve grande comme la Dordogne, sans infrastructures et victime d'un chômage galopant, d'où des centaines de jeunes Indiens sont partis combattre en Irak.
Vidéo - Découvrez avec les journalistes concernés le dispositif spécial mis en place sur TF1, LCI et LCI.fr pour vous faire vivre le D-Day et la nuit spéciale de l'élection.





















Quel Américain êtes-vous ?
Découvrez votre profil sociologique et vos affinités avec les candidats !







PUBLICITE






Les images du "prime-time" d'Obama
Voici un extrait de la publicité de 30 minutes diffusée mercredi soir sur la plupart des grandes chaînes américaines.
> Cliquez ici 










Le 3e débat McCain-Obama, en français
Vidéo - Découvrez les principaux extraits, traduits en français, du dernier duel télévisé entre les deux candidats à la Maison-Blanche.
> Cliquez ici 







Le 2e débat McCain-Obama, en français
Vidéo - Retrouvez les meilleurs extraits du duel télévisé de mardi entre les deux candidats à la Maison-Blanche.
> Cliquez ici 







Le 1er débat McCain-Obama, en français
Vidéo - Regardez les principaux extraits, traduits en français, du débat entre les deux candidats à la Maison-Blanche.
> Cliquez ici 










Flash-back : le vote de Bush
Archives vidéo - 2004 : après avoir déposé son bulletin dans l'urne, le président sortant attend les résultats à la Maison-Blanche.
> Cliquez ici 







"Ce que veulent les évangéliques : tout sauf Obama"
Interview - Mokhtar Ben Barka, professeur de civilisation américaine, explique à LCI.fr la position des évangéliques vis-à-vis des deux candidats en course.
> Cliquez ici 







Les autres candidats
Outre John McCain et Barack Obama, découvrez les autres "petits" prétendants à la Maison-Blanche.
> Cliquez ici 







Le mode d'emploi
Infographie - Date du vote, fonctionnement du scrutin... : découvrez le mécanisme de l'élection avec notre visuel animé.
> Cliquez ici 







Le discours d'Obama sur les races, en français
Vidéo - Regardez en intégralité, traduit en français, "Une union plus parfaite", le discours sur les races et la politique prononcé par le candidat démocrate en mars à Philadelphie.
> Cliquez ici 







Le discours d'Obama à la convention 2004, en français
Vidéo - Pour la première fois, regardez, traduite en français, la désormais célèbre intervention qui a propulsé Barack Obama sur le devant de la scène.
> Cliquez ici 








Le bureau de TF1 aux USA
Palin X
http://blog-elections-americaines-tf1.lci.fr/







Quel est votre candidat préféré ?
McCain
Obama
Un autre candidat

  http://tf1.lci.fr/infos/elections-usa/?BCC=comm-lci@lci.fr&body=Si%20vo…


3




Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 11:19 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant


Wiki-Commons
McCain - Obama : deux styles présidentiels opposés
Au-delà des programmes, l’enjeu de l’élection américaine est aussi le choix entre deux styles de présidence : un fort leadership d’un côté, et une gestion plus collégiale de l’autre.

La personnalité de "l’homme le plus puissant de la planète", qu’elle soit ou non à l’origine de décisions importantes en matière de politique étrangère, est l’objet de multiples observations, études et interprétations, dans le monde entier. Aux Etats-Unis plus que dans les autres grandes démocraties occidentales, le président est analysé dans sa façon de prendre les décisions plus que dans les décisions elles-mêmes et leurs effets.

Avec McCain et Obama, les Américains n’ont pas uniquement à choisir entre deux programmes politiques très différents. Ils sont également invités à s’interroger sur le style qu’ils souhaitent voir à la Maison Blanche dans les quatre prochaines années. Deux styles radicalement opposés, qui pèsent de tout leur poids, à moins de deux semaines du scrutin.

Un style présidentiel, c’est quoi ?

Les qualités personnelles du président conduisent généralement à l’adoption d’un style de gestion, qui influence la formulation de la politique de l’ensemble de son administration, mais également les relations avec le Congrès, l’opposition, et les alliés de Washington.

En fonction de sa personnalité, le président opte pour un mode de gestion
En fonction de sa personnalité, le président opte pour un mode de gestion qui lui convient et qui lui assure un certain contrôle, notamment sur les questions de politique étrangère. Mais on retrouve également ces caractéristiques dans la formulation d’une politique économique et sociale. Ce style peut être collégial, compétitif ou formel. C’est-à-dire que, selon les choix du chef de l’exécutif, le président peut décider seul, en accord avec un entourage de conseillers, en tranchant avec les alliés, en ouvrant les débats au Congrès, en invitant des experts extérieurs ou se repliant au contraire sur le National Security Council et ses collaborateurs les plus proches…

McCain : un leadership fort hérité de son passé militaire

John McCain, fils de militaire et militaire lui-même, est représentatif des dirigeants souhaitant imprimer un style fort, en se mettant en première ligne sur tous les dossiers, et réduisant les collaborateurs et conseillers à de simples hommes de l’ombre.

S’inscrivant dans la tradition des anciens militaires reconvertis avec succès dans la politique, et soucieux d’un leadership important, le sénateur de l’Arizona croit fermement en la nécessité d’un président fort, capable de prendre des décisions importantes seul, et de jouer un rôle de premier plan dans toutes les orientations politiques.

Son attitude à l’occasion de la crise économique (et son souhait de mettre sa campagne entre parenthèses) est révélatrice de l’importance qu’il accorde au symbole présidentiel, et aux positionnements du chef de l’exécutif.

En nommant Sarah Palin, John McCain a choisi de se mettre au centre de sa campagne
Par ailleurs, en nommant la très inexpérimentée Sarah Palin comme colistière, John McCain a choisi de se mettre au centre de sa campagne, l’influence de la gouverneure d’Alaska étant très faible sur le candidat républicain. De même, ses conseillers sont délibérément relégués au second plan. Voter pour McCain, c’est choisir un président qui n’hésitera pas à s’isoler pour prendre des décisions importantes, dont il assumera les conséquences.

Obama : l’expérience des communautés

Le style de Barack Obama est en tous points opposé à celui de McCain, et lui vient également de son passé. Le sénateur de l’Illinois s’est forgé une expérience politique dans les communautés, notamment dans la banlieue sud de Chicago, travaillant en groupe, n’hésitant pas à mettre en avant certains collaborateurs, et présentant des programmes au nom d’une équipe plus que revendiquant la pérennité de toutes ses orientations.

Obama serait plus à l’écoute de son entourage, plus enclin à déléguer
Obama serait ainsi, de l’avis de ceux qui l’ont approché, plus à l’écoute de son entourage, et plus enclin à déléguer, que son adversaire. En choisissant comme colistier Joe Biden, incontestablement nettement plus expérimenté que lui sur les questions internationales, le candidat démocrate a d’ailleurs apporté une preuve supplémentaire de sa volonté de s’entourer des meilleurs experts, et de prendre en considération leur jugement. Voter pour Obama, c’est privilégier une armada de conseillers, et une présidence collégiale, axée sur le programme et les réformes plus que sur l’image du président.

Un contexte favorable au style d’Obama

En règle générale, le style trop "cérébral" d’Obama est difficilement accepté par les électeurs, et de nombreux analystes estimaient ainsi, il y a quelques mois, qu’il partait avec un handicap certain. John Kerry en avait par exemple fait les frais face à George W. Bush en 2004.

Mais en période de crise économique, les Américains sont plus sensibles à des démonstrations convaincantes qu’à des slogans, et sur ce point, l’expérience d’Obama lui offre un avantage décisif. Il parvient ainsi à rassurer en ce qu’il serait à l’écoute de ses conseillers, des parlementaires et même de l’opposition, plus que McCain. En d’autres termes, le style présidentiel qui semble s’imposer est celui d’un chef de l’exécutif capable d’inspirer les orientations politiques de Washington, mais sachant dans le même temps s’appuyer sur des experts pour combler ses lacunes sur les sujets qu’il maîtrise moins.

auteur: Barthélémy Courmont
en savoir plus sur l'auteur


Revenir en haut
Invité
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 4 Nov - 10:23 (2008)    Sujet du message: Barack Obama endeuillé pour le sprint final : sa grand-mère 'blanche' est décédée... Répondre en citant

<< News précédente News suivante >>

© purepeople.com

Barack Obama endeuillé pour le sprint final : sa grand-mère 'blanche' est décédée...
Il n'y a jamais de circonstance meilleure qu'une autre pour perdre un être cher, mais il faut bien avouer que la disparition de la grand-mère de Barack Obama, à la veille — au sens littéral — du dénouement des présidentielles américaines, tombe bien mal.L'état de santé de Madelyn Dunham, 86 ans, qui était atteinte d'un cancer, ne manquait pas d'inquiéter son entourage depuis quelque temps : le candidat démocrate s'était d'ailleurs octroyé un break dans sa campagne électorale, le mois dernier, pour se rendre au chevet de sa grand-mère maternelle, sa grand-mère blanche qui "avait confessé avoir peur de croiser des Noirs dans la rue" et lui avait fait "découvrir" le racisme, mais aussi et surtout celle qui l'avait élevé à Honolulu après le décès de sa mère (d'un cancer) et le départ de son père kenyan du domicile conjugal. Le sénateur de l'Illinois a fait part du décès de Madelyn via un communiqué conjoint avec sa soeur Maya Soetoro-Ng, dans lequel ils ne manquent pas de saluer avec une vibrante émotion la mémoire de la défunte : "C'est avec une grande tristesse que nous annonçons que notre grand-mère Madelyn Dunham s'est éteinte paisiblement après avoir lutté contre un cancer. Elle était la pierre angulaire de notre famille et une femme à la force, à l'humilité et aux actes extraordinaires. Elle était la personne qui nous a encouragés et nous a permis de nous réaliser (…). Notre dette envers elle est sans limite." Son adversaire le sénateur John McCain et son épouse n'ont pas manqué d'adresser leurs condoléances à Obama et sa famille. Lesquels ont invité tous ceux qui envoient cartes et fleurs à préférer verser un don en faveur de la recherche contre le cancer. Les obsèques de Madelyn Dunham auront lieu dans la plus stricte intimité. A l'annonce de cette funeste nouvelle, Barack Obama a encore deux meetings à tenir avant l'issue du scrutin. Des moments particuliers en perspective…


Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Mar 4 Nov - 10:29 (2008)    Sujet du message: Les Etats-Unis votent pour choisir leur 44e président Répondre en citant

Les Etats-Unis votent pour choisir leur 44e président








© 2008 AFP (Roberto Schmidt)
Opération de vote en novembre 2006 en Floride


Les Américains votaient mardi pour choisir leur 44e président à l'occasion d'une élection historique qui pourrait amener à la Maison Blanche le premier président noir de l'histoire des Etats-Unis, le démocrate Barack Obama, favori des sondages face au républicain John McCain.
Devant quelque 90.000 personnes réunies tard lundi soir à Manassas (Virginie, est), M. Obama a encouragé ses partisans à ne pas "ralentir, s'asseoir ou s'arrêter, même pour une heure, même pour une seconde" avant la fin du scrutin.
Dans un geste inhabituel, il a remercié les journalistes qui l'ont suivi pendant 21 mois de campagne d'avoir été "bienveillants et compréhensifs" malgré "quelques frictions".
"Nous allons gagner", a assuré de son côté John McCain dans un meeting près de Las Vegas (Nevada, ouest). "N'abandonnez pas l'espoir, soyez forts, ayez du courage et combattez", a-t-il lancé, la voix éraillée.

© 2008 AFP (Paul J. Richards)
Barack Obama lors de son dernier meeting électoral le 3 novembre 2008 à Manassas en Virginie


Après avoir visité pas moins de sept Etats lundi, le candidat républicain a décidé à la dernière minute de se rendre mardi dans le Colorado (ouest) et le Nouveau-Mexique (sud-ouest), deux Etats républicains qui pourraient changer de camp.
Outre leur président, les Américains sont appelés à renouveler un tiers du Sénat et la totalité de la Chambre des représentants. Selon les sondages, les démocrates devraient conforter leur majorité au Congrès.
Les premiers bureaux de vote ont ouvert, comme le veut la tradition, à minuit dans deux villages du New Hampshire (nord-est). A Dixville Notch, les électeurs ont voté pour Barack Obama par 15 voix contre 6 pour John McCain, a rapporté la chaîne CNN. A Hart's Location, le candidat démocrate l'a emporté par 17 voix contre 10, et le candidat conservateur libertaire Ron Paul, qui s'était retiré de la course en juin, a obtenu deux voix, a constaté un journaliste de l'AFP.

© 2008 AFP (Robyn Beck)
John McCain lors de son dernier meeting électoral le 3 novembre 2008 à Henderson au Nevada


Le prochain président héritera d'une situation économique extrêmement difficile. Les Etats-Unis sont au bord de la récession et traversent leur plus grave crise financière depuis celle de 1929. Le pays demeure engagé dans deux guerres, en Irak et en Afghanistan.
Les deux candidats représentent deux générations: Barack Obama a 47 ans et John McCain 72. Leurs valeurs et leurs visions sont très différentes même si tous deux affirment incarner le changement.
Le facteur racial demeure une inconnue majeure du scrutin qui devrait être marqué par une participation importante au vu de l'augmentation des inscriptions sur les listes électorales.
Certains experts estiment qu'entre 130 et 135 millions d'électeurs pourraient voter contre 120 millions en 2004 et 105 millions en 2000. Les démocrates espèrent tirer profit de cet engouement, notamment grâce aux Noirs et aux jeunes qui votent pour la première fois. Les républicains comptent sur les électeurs indécis pour renverser la tendance.
Le vote par anticipation était permis dans une trentaine d'Etats et, selon une étude de l'université George Mason, plus de 29 millions d'électeurs, en majorité démocrates, en ont profité avant mardi.
La plupart des bureaux de vote de la côte est doivent ouvrir entre 10h00 GMT et 12h00 GMT. Plusieurs bureaux de vote dans le Vermont (nord-est) accueilleront les électeurs matinaux dès 05h00 (10h00 GMT).
Le reste des Etats-Unis doit commencer à voter entre 13h00 et 15h00 GMT, rejoints par l'Alaska à 16h00 GMT et Hawaï à 17h00 GMT.

© 2008 AFP
Carte des Etats-Unis indiquant les dernières intentions de vote par Etat


Les premiers résultats pourraient être annoncés vers 23h00 GMT par les grandes chaînes de télévision américaines.

© 2008 AFP
Présidentielle américaine : Obama toujours nettement en tête dans les sondages


M. Obama a promis de baisser les impôts pour 95% des salariés américains, d'engager une politique de grands travaux d'infrastructure et de garantir une couverture santé pour tous. M. McCain veut pérenniser les baisses d'impôts - y compris pour les très hauts revenus - mises en chantier par George W. Bush.
Sur le plan international, M. Obama a promis de retirer les soldats américains d'Irak "de façon responsable" dans un délai de 16 mois et de concentrer les efforts à la lutte contre Al-Qaïda et les talibans. M. McCain a indiqué que les soldats américains ne partiront d'Irak qu'après la victoire qui, selon lui, est "en vue".


Revenir en haut
kashrina
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Oct 2008
Messages: 158

MessagePosté le: Mar 4 Nov - 11:23 (2008)    Sujet du message: le Scrutin je jour J Répondre en citant

11h08 - Le Vermont se met à voter
Les premiers bureaux de vote ont ouvert à 5h, heure locale (11h à Paris) dans le Vermont, Etat du nord-est


Pari
10h31 - Les bookmakers votent Obama

Un célèbre site de paris irlandais donne 91,2% de chances de l'emporter au candidat Obama et seulement 9,4% à son adversaire. Un autre site prédit 91,5% de chances pour Obama et 8,6% pour McCain. En 2004, George W. Bush avait gagné tous les Etats où les parieurs avaient prédit son succès. Lors des législatives de 2006, les bookmakers avaient parié avec succès que les républicains perdraient leur majorité au Sénat, alors qu'aucun politologue ne s'aventurait à le prévoir.


Scrutin
06h00 - C'est parti pour une folle journée !




Minuit heure locale : le coup d'envoi de la journée électorale est donné par les deux petites communes de Hart's Location et Dixville Notch, dans le New Hampshire (nord-est). Les deux communes comptent ensemble à peine 120 habitants.(Photo TF1/LCI)


Envoyer un commentaire(2) commentaires
  • 04/11/2008 09:58:44
    Good luck Mister OBAMA
    Binder, Meudon la foret


Rencontre à New York
03h57 - Supporter McCain à New York ? Un sacerdoce


New York est une ville démocrate. Le rapport de force y est d'environ un pour cinq en faveur du parti de l'âne. Mardi, le scrutin y est joué d'avance, comme dans tout l'Etat d'ailleurs, en faveur de Barack Obama. Ce dernier n'a ouvert son bureau de campagne officiel que très tardivement. Quant à John McCain, son QG est installé dans l'Etat voisin du New Jersey. Les supporters du sénateur de l'Arizona ont donc bien du mérite à militer en faveur de leur champion. Pour mieux se coordonner, ils se sont réunis dans une mailing list " McCain Manhattan ".

Malgré les difficultés à s'imposer dans le secteur face à la surreprésentation de la formation adverse et au non-suspense qui entoure le scrutin, ils ont organisé plusieurs rassemblements intra-muros dans la dernière ligne droite. Samedi dernier, ils étaient ainsi environ 300 à prêcher la bonne parole près de la mairie. Parmi eux, Anne-Marie (photo). " C'est vrai que cela demande du courage d'être républicain dans cette ville ", explique à LCI.fr la responsable de la section "Les femmes de New York pour McCain ". " Mais j'ai été surpris de la réaction des gens qui sont passés près de nous. Ils se sont montrés assez courtois. Je pensais que cela serait différent et je m'attendais même à quelques sifflets", ajoute-t-elle. Une impression que confirme Maria, une amie de sa mère. "Tout à l'heure, je marchais avec une pancarte McCain. J'ai été abordée à deux reprises de manière amicale par des gens qui se montraient attentifs à mes arguments ", note-t-elle.

Bref, "on n'a plus l'impression de prêcher dans le désert comme par le passé ", conclut Anne-Marie, sans se faire cependant d'illusions sur les résultats du duel Obama-McCain à "Big Apple ".

De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
Fabrice AUBERT



Envoyer un commentaire

    D-DAY
    02h45 - Janet, "grand témoin" de LCI.fr




    LCI.fr vous propose de suivre le quotidien d'un new-yorkais tout au long de la journée du 4 novembre. Du bureau de vote jusqu'à l'annonce des résultats, rendez-vous avec Janet. Découvrez la en avant-première quelques heures avant l'ouverture du scrutin.

    De notre envoyé spécial à New York,
    Fabrice AUBERT



    Envoyer un commentaire

      Chose vue à New York
      00h58 - "La démocratie ne peut pas attendre"

      Nouvelle affiche disposée autour du Rockefeller Center pour lutter contre l'abstention: "la démocratie ne peut pas attendre". L'abstention atteint régulièrement 50% lors de la présidentielle aux Etats-Unis.

      De notre envoyé spécial à New York, (Photo LCI.fr)
      Fabrice AUBERT



      Envoyer un commentaire(5) commentaires
      • 04/11/2008 09:12:03
        Déjà premièrement OBAMA n'est pas totalement noir puisqu'il a une mère blanche ...... Il sera président des USA c'est plus que sur
        Josette, VERSAILLES


      Chose vue à New York
      00h55 - "Chaque vote compte"


      Autre illustration de cet appel au vote pour contrer l'abstention : l'une des nombreuses affiches disposées autour de l'esplanade du Rockfeller Center, sur la mythique 5e avenue. "Chaque vote compte", peut-on lire sur le panneau.

      De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
      Fabrice AUBERT



      Envoyer un commentaire

        Chose vue à New York
        00h44 - La lutte contre l'abstention, encore et toujours


        Toujours dans cette optique de limiter l'abstention au plus bas, les organisations multiplient les opérations de sensibilisation. Lundi soir, le "responsability project" avait donc dépêché ses représentants devant le Rockefeller center. Ils distribuaient notamment des badges aux passants avec un mot d'ordre : "Vote tomorrow" (votez demain).

        De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
        Fabrice AUBERT



        Envoyer un commentaire

          Disparition
          22h38 - Obama vient de perdre sa grand-mère




          A la veille de l'élection présidentielle, Barack Obama a annoncé lundi la mort de sa grand-mère, âgée de 86 ans et qui souffrait d'un cancer. "Elle était la clé de voûte de notre famille ainsi qu'une femme d'une force, d'une exemplarité et d'une humilité extraordinaires", a déclaré le candidat démocrate dans un communiqué, publié conjointement avec sa soeur, Maya Soetoro-Ng.
          Fin octobre, Barack Obama avait suspendu sa campagne électorale pour se rendre à Hawaï à son chevet. C'est en effet cette femme qui l'a élevé pendant 17 ans. "C'est elle qui m'a appris ce que signifie travailler dur", avait-il lancé fin août, dans son discours solennel devant la convention démocrate. "C'est elle qui renonçait à s'acheter une voiture ou une robe pour me permettre d'avoir une vie meilleure. Tout ce qu'elle avait, elle me l'a donné. Et bien qu'elle ne puisse plus voyager, je sais qu'elle regarde la télévision ce soir et que cette soirée est aussi la sienne", avait lancé le candidat sous les acclamations de ses partisans.(Photo DR)



          Plus d'infos :


          Déclaration
          21h35 - Cuba souhaite aux Américains un président "ni alcoolique, ni fou"


          Pour Cuba, les Etats-Unis ont besoin d'un président qui ait un "minimum de coefficient intellectuel" et qui ne "soit ni alcoolique ni fou". C'est en tout cas ce qu'a affirmé lundi un vice-président cubain, Carlos Lage. Pour lui, "peu importe qui sera élu président mardi aux Etats-Unis, Cuba va continuer à construire le socialisme, avec plus de fermeté, et nous allons continuer à défendre en priorité la Révolution" de 1959.
          De son côté, le chef de la diplomatie cubaine, Felipe Perez Roque, avait récemment jugé "constructive" la position de Barack Obama, qui est favorable à une détente avec l'île, soumise depuis 1962 à un embargo américain. Felipe Perez Roque avait à l'inverse qualifié de "dinosaure" John McCain, qui souhaite conserver la ligne dure observée par l'actuelle administration de George W. Bush. Fidel Castro était allé, lui, jusqu'à comparer Barack Obama aux leaders noirs Martin Luther King ou Malcom X, s'étonnant qu'il n'ait pas été assassiné. (Photo INTERNE)


          Revenir en haut
          kashrina
          Administrateur

          Hors ligne

          Inscrit le: 28 Oct 2008
          Messages: 158

          MessagePosté le: Mar 4 Nov - 16:19 (2008)    Sujet du message: 15h28 - Dans un bureau de vote Répondre en citant

          Vu à New York
          15h28 - Dans un bureau de vote

          Grande affluence ce matin au bureau de vote pour les districts 69 à 72, situé au niveau de la 12e rue et de la 5e avenue, dans le sud de Manhattan. A 5H45, une cinquantaine de personnes étaient déjà avant l'ouverture officielle du scrutin, prévue à 6h. Elles ont ensuite attendu tranquillement leur tour pour voter. A 6h30, la queue débordait dans la rue.

          De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
          Fabrice AUBERT



          Envoyer un commentaire

            Plus d'infos :


            UE-USA
            15h14 - Juncker vote Obama
            "Si j'étais aux Etats-Unis, je serais membre du parti démocrate, et en tant que membre du parti démocrate je voterais Obama" : le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, a clairement affiché sa préférence mardi pour une victoire du démocrate.


            Vu à New York
            15h13 - Les instructions pour la machine à voter


            Un peu plus tôt dans la journée, nous vous avons montré à quoi ressemblait une machine à voter (voir ci-dessous). Voici maintenant les indications de son fonctionnement, disposées à l'entrée des bureaux. Chaque électeur américain est invité à lire ce panneau avant d'entrer dans l'isoloir.

            De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
            Fabrice AUBERT



            Envoyer un commentaire

              Plus d'infos :


              Cuba-USA
              15h04 - Le "Lider Maximo" contre le "belliqueux"
              McCain est vieux, belliqueux, inculte, peu intelligent et sans santé" : dans une réflexion publiée mardi dans la presse locale, le "Lider Maximo" de la révolution cubaine, Fidel Castro, ne mâche pas ses mots envers le candidats républicain qui, s'il est élu mardi à la présidence des Etats-Unis, fera croître selon lui les risques de guerre dans le monde. "Si mes calculs sont faux, le racisme sous toutes ses formes va s'imposer", poursuit le Comandante, qui a cédé en février, pour des raisons de santé, la présidence à son frère Raul après un demi-siècle de pouvoir sur l'île communiste.


              Vote
              15h01 - Le vote avant son décès de la grand-mère d'Obama pris en compte

              C'est la porte-parole du candidat démocrate à la Maison Blanche qui l'a annoncé. Le vote par internet de Madelyn Dunham, la grand-mère maternelle de Barack Obama décédée lundi à 86 ans, sera pris en compte. "Le vote par correspondance compte", a-t-elle expliqué. (Photo DR)


              Plus d'infos :


              Scrutin
              14h40 - Obama a voté

              Le candidat démocrate à la Maison-Blanche, Barack Obama, vote à Chicago, dans l'Illinois, accompagné de son épouse Michelle et de ses filles.(Photo TF1-LCI)


              Plus d'infos :


              Vote à New York
              13h31 - Voici la machine à voter


              Les Etats-Unis se sont rendus célèbres en 2000 avec le fiasco des machines à voter en Floride. Certaines, certes moins obsolètes mais tout autant compliquées, sont encore en service. La preuve avec cette machine avec laquelle les New Yorkais du 69e district doivent faire leur choix entre Barack Obama et John McCain.

              De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
              Fabrice AUBERT



              Envoyer un commentaire(1) commentaire
              • 04/11/2008 14:31:41
                "faire leur choix entre Barack Obama et John McCain" c'est un peu reducteur comme commentaire. Le jour de l'election, les electeurs Americains ne choisissent pas simplement le President, mais egalement les Deputes et Senateurs federaux, Gouverneurs, Deputes et Senateurs d'etat, Sheriffs, Juges, Percepteurs... Cela explique la complexite de la machine, et aussi pourquoi un simple bulletin papier ne ferait pas l'affaire comme en France. Il y a aux US beaucoup plus de fonctions soumises au vote qu'en France et tout se deroule en 1 seul jour, alors qu'en France on prefere faire voter les gens 4 fois en l'espace de 2 mois (Mai - Juin 2007).
                Terry, Dallas, Texas


              Insolite
              13h21 - Les bureaux de vote ont ouvert à... Metz
              A Metz, deux bureaux de vote pour l'élection présidentielle américaine ont ouvert mardi à midi dans un café et un magasin de mode. Les opérations de ces bureaux de vote fictifs devaient se poursuivre jusqu'à 22h, a indiqué l'Association du quartier Saint-Louis à l'origine du projet. Une soirée électorale doit avoir lieu en fin de journée avec politicologues, journalistes, universitaires et ressortissants américains.


              Insolite
              12h39 - Kogelo vibre au rythme de l'élection
              Le village kényan de la grand-mère paternelle de Barack Obama ne doute pas un seul instant de la victoire de l'"enfant du pays". Des écrans de télévision géants y ont été installés pour suivre le scrutin en direct. Aux premières loges: les parents du candidat démocrate, amis, voisins, connaissances. Ce village situé sur les rives du lac Victoria bénéficie déjà des retombées. La piste poussiéreuse reliant le village à la capitale provinciale, Kisumu, a été bitumée à la hâte. Les commerçants et cafetiers de la régions se frottent les mains. Les Kényans en général attendent d'Obama qu'il vienne en aide à leur pays.


              Insolite
              11h48 - Coup de peinture à la Maison-Blanche
              Les travaux de renovation ont déjà commencé à la Maison-Blanche, en prévision de la passation de pouvoirs le 20 janvier. Amélioration des radiateurs, coups de peinture dans plusieurs pièces et remplacement des tapis usés, Laura Busha s'est donnée pour mission de "préparer la Maison-Blanche pour ses nouveaux occupants". L'actuelle Première dame aurait été consternée par l'état dans lequel elle a trouvé les lieux lorsque Hillary Clinton lui a fait visiter le 1600 Pennsylvania Avenue. Le Congrès a octroyé 1,6 million de dollars par an à la restauration des bâtiments, deux fois séculaires, dont 100.000 dollars pour rafraîchir les quartiers familiaux tous les quatre ans.


              Revenir en haut
              kashrina
              Administrateur

              Hors ligne

              Inscrit le: 28 Oct 2008
              Messages: 158

              MessagePosté le: Mar 4 Nov - 19:48 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant

              Sondage
              19h15 - Obama toujours victorieux dans les ultimes sondages

              Pas de surprise pour le moment. Les ultimes sondages publiés mardi dans la course à la Maison Blanche prédisent toujours une victoire de Barack Obama. Selon les baromètres, le démocrate est crédité d'une avance allant de 2 à 9 points sur son rival John McCain. Tous plaçaient Obama sur la barre ou au-delà des 50% d'intentions de vote. Aucun candidat démocrate à la présidentielle, y compris Bill Clinton, n'a obtenu la majorité absolue des suffrages depuis Jimmy Carter en 1976. (Photo TF1/LCI)


              Ambiance
              18h54 - A Chicago, le parc où Obama doit parler est en état de siège
              En cas de victoire, les démocrates ont prévu de faire la fête dans un parc de Chicago qui peut accueillir des dizaines de milliers de personnes. Le Grant Park à Chicago était en état de siège mardi matin, quelques heures avant un discours sur place en soirée du candidat démocrate Barack Obama, dont les partisans espèrent qu'il sera alors président élu des Etats-Unis. Toutes les issues de cet immense jardin public, situé en bordure du lac Michigan et longé par une impressionnante rangée de gratte-ciels, étaient gardées par des policiers ou des agents de sécurité. Certains membres des forces de l'ordre arboraient des gilets pare-balles. Des membres du Secret Service, la police chargée de la protection du président et des hautes personnalités aux Etats-Unis, ne laissaient rien au hasard : portiques électro-magnétiques, chien renifleur, fouille étaient la règle.


              Insolite
              18h51 - Barack s'étale à la plage


              Un artiste cubain, Jorge Rodriguez Gerada, a créé un portrait géant d'environ 1 hectare de Barack Obama avec du gravier et du sable, sur une plage de Barcelone. Il a intitulé son oeuvre L'attente... (Photo TF1/LCI)


              Maison Blanche
              18h39 - Bush devrait rester invisible jusqu'au bout
              L'impopulaire président sortant, George W. Bush, fui par John McCain et utilisé comme épouvantail par Barack Obama, devait rester pour ainsi dire invisible jusqu'au bout, au moment où se décidait, mardi, sa succession à la Maison Blanche. Il devait dîner avec son épouse dans leurs quartiers personnels et y suivre les résultats, selon un porte-parole de la Maison Blanche. A la place, sa porte-parole, Dana Perino, devrait faire une déclaration quand le vainqueur du scrutin sera connu.
              Ces derniers jours, il ne s'est plus guère montré à la presse que pour prendre l'hélicoptère vers la retraite présidentielle de Camp David, ou en revenir. Sa porte-parole a invoqué la charge de travail des dernières semaines, qui ont mis M. Bush aux prises avec la crise financière, la guerre en Géorgie ou les ouragans. Mais elle a reconnu la préoccupation de John McCain de ne pas être associé à un président battant des records d'impopularité. Mais il le soutiendra, a-t-elle ajouté.



              Scrtin
              18h18 - Les deux astronautes dans l'ISS ont voté
              Ils sont en orbite à 354 km de la Terre, mais eux aussi ont voté pour la présidentielle. Les deux astronautes américains de la Station spatiale internationale (ISS), ont même encouragé leurs concitoyens à se rendre aux urnes, selon une retransmission mardi de la télévision de la Nasa.


              Vu à New York
              18h17 - L'"Obama minute" pour tout à chacun


              Afin de soutenir Barack Obama, une association indépendante a installé un énorme panneau sur Times square. Pour le prix d'un SMS, chacun peut donc envoyer un petit message qui défilera aux côtés d'images de la campagne du sénateur de l'Illinois. Aujourd'hui, dernier jour de campagne, le mot d'ordre était encore "allez en Pennsylvanie", Etat crucial pour la bataille qui se trouve à moins de 200 km -New York est considéré comme largement acquis au camp démocrate, il ne sert donc à rien d'y faire campagne.

              De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
              Fabrice AUBERT



              Envoyer un commentaire(3) commentaires
              • 04/11/2008 19:16:52
                Bon courage les amis.
                Axel, Issy les Mx


              Vu à New York
              18h14 - L'élection sur écran géant


              A Paris, les écrans géants sont installés Place de l'Hôtel de Ville pour les grands événements sportifs. A New York, les chaînes de télévision font de même en ce jour d'élection sur Times Square ou près du Rockfeller Center. Les new-yorkais -et les touristes- pourront donc suivre en direct les résultats à partir de 19h sur l'un des panneaux installés pour le D-Day.

              De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
              Fabrice AUBERT



              Envoyer un commentaire

                Vu à New York
                17h54 - Le "cow-boy nu" joue pour McCain


                Qui a dit qu'il était difficile de faire campagne pour John McCain à New York ? Le "naked cow-boy" ("cow-boy nu") est là pour prouver le contraire. Bardé d'une guitare flanquée d'autocollants "McCain-Palin", installé au beau milieu de Times Square, il a en effet obtenu un joli succès ce matin. Il est vrai que ses fans étaient surtout des touristes étrangers. Il n'empêche. Les partisans du parti de l'éléphant, en minorité à "Big Apple", ont peut-être là une carte à jouer pour les futures élections.

                De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
                Fabrice AUBERT



                Envoyer un commentaire

                  Scrutin
                  17h23 - McCain a voté
                  Le candidat républicain à la Maison Blanche, John McCain, vote à Phoenix, dans l'Arizona, accompagné de son épouse Cindy.


                  Revenir en haut
                  kashrina
                  Administrateur

                  Hors ligne

                  Inscrit le: 28 Oct 2008
                  Messages: 158

                  MessagePosté le: Mar 4 Nov - 23:00 (2008)    Sujet du message: 22h32 - Ultimes actes de campagne avant le verdict final Répondre en citant

                  Campagne
                  22h32 - Ultimes actes de campagne avant le verdict final

                  A quelques heures de la clôture des bureaux de vote, les deux candidats n'ont pas ménagé leur peine pour glaner encore quelques voix. Après avoir voté, John McCain s'est aussitôt envolé vers deux Etats indécis, dont le Colorado. Dans un centre d'appel de l'Indiana, Barack Obama a lui-même appelé les derniers électeurs qui ne se sont pas encore déplacés. (Photo TF1-LCI)


                  Plus d'infos :


                  Vu à New York
                  22h28 - Quand une marque fait sa pub avec l'élection

                  Comment récupérer l'élection pour une opération commerciale ? Sans grande surprise, les Américains sont passés maîtres en la matière. La preuve avec cette pancarte pour une marque de biscuits apéritifs. Plusieurs exemplaires ont été disposés au pied des arbres bordant Madison avenue.

                  De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
                  Fabrice AUBERT



                  Envoyer un commentaire

                    Scrutin
                    22h10 - Vers une participation "phénoménale"

                    Le taux de participation à la présidentielle américaine a atteint mardi un niveau très élevé et "sans précédent" dans les Etats clés susceptibles de basculer d'un camp à un autre, selon des responsables des Etats concernés. "La participation est phénoménale", a ainsi déclaré Jean Jensen, responsable des opérations électorales pour l'Etat de Virginie, en soulignant que plus de 40% des électeurs enregistrés avaient déposé leur bulletin dans l'urne à 10h.(Photo DR)


                    Wall Street
                    22h05 - Envolée des marchés pendant que l'Amérique vote
                    Les marchés boursiers ont affiché ce mardi de fortes hausses, encouragés par la fin prochaine du suspense entourant l'élection. Les Bourses mondiales anticipaient une victoire d'Obama, largement en tête dans les sondages. Wall Street a terminé en hausse (Dow Jones à +3,22%, Nasdaq +2,61%). Les marchés européens ont aussi rebondi, après une séance plutôt attentiste la veille. L'euro est quant à lui remonté en flèche mardi, pour repasser au-dessus de 1,30 dollar pour la 1re fois depuis le 30 octobre.


                    Ambiance
                    21h13 - A Phoenix, un cadre prestigieux pour la victoire ou la défaite de McCain
                    C'est dans l'Arizona Biltmore, un hôtel somptueux de Phoenix, que John McCain attendra mardi le verdict final. Après avoir multiplié ses efforts de dernière minute pour convaincre les électeurs indécis (encore deux Etats mardi, après avoir voté), le candidat républicain doit participer à une soirée avec Sarah Palin, son équipe de campagne et un peu plus d'un millier de partisans, triés sur le volet. L'équipe de John McCain a imprimé des autocollants au nom de "Joe" en référence au plombier devenu la vedette de la campagne républicaine, l'incarnation de l'Américain moyen, et des milliers de t-shirts "de la victoire". Dans la matinée, l'hôtel était le centre de l'attention de la ville. Des policiers fouillaient les coffres des voitures se trouvant à proximité du passage du cortège de John McCain et un hélicoptère tournait en permanence au-dessus de la ville.


                    Vu à New York
                    20h32 - Jacobs vend Obama huit fois sur dix


                    Jacobs, un vendeur à la sauvette de badges de campagne installé à l'angle de la 5e avenue et de la 40e rue, n'a, d'un point de vue commercial, aucune préférence : il vend aussi bien des articles siglés Barack Obama que John McCain. ll vend simplement beaucoup plus de badges à l'effigie du sénateur de l'Illinois : huit sur dix en moyenne. Un ratio pas si surprenant que ça dans une ville très démocrate.

                    De notre envoyé spécial à New York,(Photo LCI.fr)
                    Fabrice AUBERT



                    Envoyer un commentaire(2) commentaires
                    • 04/11/2008 21:06:14
                      Je rentre des USA. Après avoir vécu 5 semaines : NY, Chicago, Denver et je souhaite vivement qu'OBAMA soit le président des USA. En france beaucoup de choses doivent changer, mais les USA, aussi. Protection de la santé......Je fais partie d'Assos : CANCER, Dons du Sang. Alors vive OBAMA
                      Chabanel, YTRAC



                    Revenir en haut
                    kashrina
                    Administrateur

                    Hors ligne

                    Inscrit le: 28 Oct 2008
                    Messages: 158

                    MessagePosté le: Mer 5 Nov - 06:39 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant



                    Estimations
                    02h05 - Tennessee et l'Oklahoma pour McCain

                    Après la Caroline du Sud et le Kentucky, le candidat républicain empoche le Tennessee et l'Oklahoma


                    Envoyer un commentaire

                      Estimations
                      01h57 - McCain donné vainqueur en Caroline du Sud


                      Selon CBS News, le candidat républicain emporte la Caroline du Sud (8 grands électeurs). Un Etat de tradition républicaine. (Photo TF1/LCI)


                      Envoyer un commentaire(1) commentaire
                      • 05/11/2008 02:10:02
                        Comment ce fait ce alors que sur lci on nous donne Obama vaiqueur en Caroline du Sud ?
                        Joe, Paris


                      Plus d'infos :


                      Estimations
                      01h40 - Résultats très serrés dans l'Ohio

                      Les résultats du scrutin dans l'Ohio, un Etat-clé du nord où 20 grands électeurs sont en jeu, sont encore trop serrés pour départager John McCain et Barack Obama


                      Estimations
                      01h38 - McCain remporte la Virginie occidentale
                      Le républicain John McCain est arrivé en tête en Virginie Occidentale, un Etat traditionnellement républicain. Il remporte ainsi les 5 grands électeurs qui étaient en jeu.


                      Grand témoin LCI.fr
                      01h25 - Pas de résultats significatifs pour Janet

                      A sa sortie du bureau, à 19h, Janet, le "grand témoin" de LCI.fr pour cette soirée électorale à New York, était encore dans l'expectative. En dehors du Kentucky et du Vermont, gagnés sans surprise respectivement par McCain et Obama, aucun résultat significatif n'était tombé.

                      Sur l'esplanade du Rockefeller center, où est organisée une grande soirée par NBC, le score de 8-3 pour le candidat républicain en nombre de Grands Electeurs ne voulait donc pas dire grand-chose. C'était d'autant plus vrai que l'Indiana et la Caroline du Nord, deux Etats-clés, étaient "too close to call", c'est à dire trop serré pour déterminer déjà un vainqueur.

                      Mais, Alan, le mari de Janet, restait très optimiste, surtout après avoir vu les projections pour la prochaine Chambre des représentants. "C'est un raz-de-marée pour les démocrates", se félicitait-il.

                      Le couple s'est ensuite dirigé vers l'appartement de ses amis où il devait passer la soirée.

                      De notre envoyé spécial à New York,
                      Fabrice AUBERT



                      Envoyer un commentaire(1) commentaire
                      • 05/11/2008 02:04:49
                        Les Américains sont-ils conscient que si c'est M. Mc Cain qui passe, il est pour la guerre, le Pays risque de ne jamais se remettre et s'il se met @ décédé (la vice président, elle @ l'air de rien connaitre @ la politique) ils seront ds le caca et la crise mondial risque de durer plrs années, (moi en tant que Française je voterais pr obama il est jeune et peut s'entourer de gens expèrimentés)
                        Deneux, Lagny sur marne 77400


                      Estimations
                      01h17 -
                      Le Vermont à Obama, comme prévu


                      Selon CNN et MSNBC, le candidat démocrate l'emporte dans le Vermont (3 grands électeurs), un Etat traditionnellement démocrate ou Kerry l'avait largement emporté en 2004. (Photo TF1-LCI)


                      Envoyer un commentaire(1) commentaire
                      • 05/11/2008 01:24:32
                        Vermont confirme le vote démocrate de 2004.
                        Ella, Ris Orangis


                      Plus d'infos :


                      Phoenix
                      01h09 - Calme plat à la fête républicaine

                      Faut-il y voir un signe ? A l'hôtel où se retrouvent les soutiens de McCain, seuls 300 militants sont rassemblés


                      Envoyer un commentaire(2) commentaires
                      • 05/11/2008 01:21:59
                        En 2004, le Kentucky et Indiana avaient également voté républicain avec des scores plus importants. Si Mc Cain est donné gagnant dans ces deux Etats cela ne ferait que confirmer que ce sont des Etats qui votent républicain mais que le vote en faveur d'Obama a été plus important que celui de John Kerry.
                        Ella, Ris Orangis


                      Plus d'infos :


                      Estimations
                      00h31 - Résultats très serrés dans l'Indiana

                      Les résultats dans l'Indiana, où Barack Obama a dans un premier temps été donné vainqueur, sont très serrés, selon CBS, les dernières estimations donnant 51% à John McCain contre 48% pour Barack Obama.(Photo AFP/S.HONDA)


                      Estimations
                      00h21 - Le Kentucky vote républicain

                      Sans surprise, selon les premières estimations, le Kentucky a voté pour John McCain (52% contre 478%), pour lequel 8 grands électeurs sont en jeu. Le Kentucky était l'un des deux premiers Etats à avoir fermé ses bureaux de vote, avec l'Indiana.(Photo TF1/LCI)


                      Plus d'infos :


                      Scrutin
                      00h00 - Les premiers bureaux de vote ferment
                      Ils sont les premiers du pays : l'Indiana et le Kentucky ferment leurs bureaux de vote à 18h locales. Les premiers résultats pourraient être annoncés sous peu par les grandes chaînes de télévision américaines.







                      23h26 - Obama joue au basket pour tromper l'attente

                      Le candidat démocrate a sacrifié mardi après-midi à son habitude de jouer une partie de basket-ball pour se déstresser en attendant les résultats du scrutin. Le candidat de 47 ans s'est rendu dans un gymnase du quartier ouest de Chicago. Il a pris l'habitude de jouer au basket-ball à chaque fois qu'il doit attendre le résultat d'une élection. (Photo AFP/E.Dunand)


                      Campagne
                      22h32 - Ultimes actes de campagne avant le verdict final

                      A quelques heures de la clôture des bureaux de vote, les deux candidats n'ont pas ménagé leur peine pour glaner encore quelques voix. Après avoir voté, John McCain s'est aussitôt envolé vers deux Etats indécis, le Colorado et le Nouveau-Mexique. Plus "calmement", dans un centre d'appel de l'Indiana, Barack Obama a lui-même appelé les derniers électeurs qui ne se sont pas encore déplacés. (Photo TF1-LCI)


                      Plus d'infos :


                      Revenir en haut
                      kashrina
                      Administrateur

                      Hors ligne

                      Inscrit le: 28 Oct 2008
                      Messages: 158

                      MessagePosté le: Mer 5 Nov - 06:41 (2008)    Sujet du message: Qui a etre president Obama ou McCain Répondre en citant

                      Estimations
                      03h25 - L'Ohio pour Obama ?

                      Selon Fox News, Obama remporte l'Etat-clé de l'Ohio. La chîne américaine lui attribue aussi la victoire au Nouveau-Mexique. Le Nouveau-Mexique est un "swing state" ayant fréquemment voté démocrate ces dernières années, mais ayant soutenu leprésident républicain George Bush en 2004. Cet Etat dispose de cinq grands électeurs au sein du collège électoral.



                      Plus d'infos :


                      Estimations
                      03h12 - Le Nouveau-Mexique à Obama

                      Selon les premières projections, le Nouveau-Mexique, terre conservatrice, serait en train de basculer pour Obama. Et c'est Fox News qui l'affirme ! Un Etat jugé comme crucial, au même titre que la Virginie ou la Pennsylvanie (Photo AFP/E.Dunand)


                      Envoyer un commentaire(2) commentaires
                      • 05/11/2008 03:39:17
                        Que du Stress, que de peur mais surtout beaucoup d'espoir. Mr Obama a déjà gagné le coeur du monde ENTIER Que Dieu protège cet homme merveilleux qui change le monde tout comme le Président Zarkosi Vive le président Français Vive Mr OBAMA A quand pour la Belgique?
                        Selma, Bruxeles


                      Plus d'infos :


                      Estimations
                      03h08 - New York, Wisconsin, Michigan et Minnesota pour Obama
                      Ces quatre Etats avaient déjà été gagnés par Kerry en 2004


                      Envoyer un commentaire(3) commentaires
                      • 05/11/2008 04:07:28
                        Epargnez-nous les commentaires defaitistes du styles: " NY, Wisconsin, Michigan et Minnesota gagnes par Obama, mais aussi Kerry, le candidat perdant aux elections precedentes". Surtout que ce detail ne veut absolument rien dire, du fait que ces etats ont toujours vote democrate.
                        Sab, Paris


                      Plus d'infos :


                      Estimations
                      03h07 - Surprise dans l'Arizona ?

                      NBC donne un "too close to call" dans l'Arizona : trop tôt pour se prononcer. Même chez lui, McCain n'est pas maitre du jeu


                      Envoyer un commentaire

                        Plus d'infos :


                        estimations
                        03h04 - Le Texas pour McCain


                        Des Etats de tradition républicaine dans l'escarcelle de McCain : Wyoming, Texas, Dakota du Nord, Kansas (Photo TF1/LCI)


                        Envoyer un commentaire

                          Plus d'infos :


                          Estimations
                          02h41 - Too close to call : la Virginie !


                          C'est l'Etat que tout le monde scrute : jamais la Virginie n'a été emportée par un candidat démocrate depuis Kennedy. Selon les premières projections, les résultats sont trop serrés pour pouvoir se prononcer. (Photo TF1-LCI)